L’hiver au Canada: Des coûts et des retombées

L’hiver au Canada: Des coûts et des retombées

Si pour le citoyen comme pour la collectivité ce sont d’énormes dépenses, l’enneigement qui particularise cette période est aussi d’une importance économique certaine pour le pays. Ses retombées à travers l’industrie de la motoneige et du ski se chiffrent en milliards de dollars.

Vu de loin, l’hiver canadien est dans l’esprit de tous de belles cartes postales de paysages spectaculaires où des quantités incroyables de neige couvrent de vastes étendues. La période est aussi associée dans l’imaginaire de tous aux sports de la raquette et de ski.

Dans la réalité ce n’est pas seulement ça. L’hiver canadien qui marque chaque année le pays de l’érable pendant cinq mois environ  génère des retombées mais aussi de gros coûts.
Chaque année en effet, les villes du pays y consacrent une partie importante de leur budget. A elle seule, la ville de Montréal alloue 155 millions de dollars canadiens pour assurer le déneigement chaque année sur son territoire, soit près de 3% du budget de la ville.

Un gros investissement pour couvrir les opérations de déneigement. A cet effet, c’est une véritable logistique qui se met en branle. Ainsi, ce sont plus de 3.000 employés et des milliers de véhicules qui sont mobilisés dans ce cadre. La ville, de fait, compte plus de 2.200 appareils au plus fort des opérations. Le tout pour déneiger plus de 10.000 km de réseau routier, 4.100 km de trottoirs et 6.550 km de chaussée, est-il indiqué. Il y va bien sûr de la mobilité de tous. Pour accompagner ce dispositif, la ville a initié le déneigement «intelligent». Il s’agit de solutions technologiques pratiques et accessibles afin de faciliter les déplacements des citoyens et le stationnement des véhicules. Première mesure concrète dans le cadre du programme de ville intelligente, cette opération est coordonnée par des logiciels et un système de suivi par GPS. Il a coûté à la ville 6,5 millions de dollars.

Fort heureusement, la neige n’est pas synonyme uniquement de dépenses. Elle offre à tous des plaisirs et, bien plus que cela, de grosses retombées économiques pour toutes les agglomérations. En effet, l’importance économique considérable de l’industrie de la motoneige au Québec n’est plus à démontrer. Classé comme un produit touristique international, ce sport génère annuellement un chiffre d’affaires global de 2 milliards de dollars et de 250 millions de retombées fiscales pour le gouvernement de la province, sans compter de très nombreux emplois. Pour sa part, l’industrie du ski génère  au Québec quelques 12.000 emplois directs et plus de 800 millions de dollars.

La région des Laurentides, qui s’étend sur la rive Nord du fleuve Saint-Laurent dans la province du Québec y contribue largement avec 13 stations de ski, dont le Mont-Tremblant. Selon des enquêtes réalisées sur l’activité, «sans les stations de ski, l’activité touristique en saison hivernale serait beaucoup réduite.

Avec près de 20% de la clientèle qui provient de l’Ontario, des États-Unis et de l’extérieur du continent, la clientèle des stations de ski permet d’injecter de l’argent neuf dans l’économie québécoise, un gain important pour le dynamisme de plusieurs régions du Québec». Dans certaines zones c’est même une activité capitale pour leur vitalité.

Equipements

Grosses bottes, manteaux, bonnets et gants, il faut penser pratique en hiver au Canada pour sortir et se déplacer. Il y a aussi, pour ceux qui disposent d’un véhicule, l’obligation d’équiper l’auto de pneus d’hiver avant le 15 décembre.

Et à ce niveau aussi ce sont de gros frais à débourser au minimum tous les quatre ans en raison de la durée de vie de l’équipement qu’il faut changer généralement après cette période. Outre les pneus d’hiver, une voiture stationnée dans la rue en hiver durant la nuit nécessite un abri sinon il faut s’attendre à gratter et déblayer la neige le matin qui recouvre le véhicule avant de pouvoir s’y introduire. Aussi dès la fin de l’automne, nombre de Québécois mettent en place un abri temporaire devant leur maison pour profiter d’un emplacement de stationnement sans avoir à déneiger tous les matins leur entrée de garage.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *