L’homme qui rassure

Le nouveau chef du gouvernement est en train de mettre en place son équipe rapprochée. Premier changement, le secrétariat général de la primature. C’est un collaborateur de l’ex-ministre de l’Intérieur, Mohamed Ibrahimi, qui est pressenti pour succéder au très discret Mohamed Hajoui, un juriste de bonne facture et un haut fonctionnaire chevronné. Une compétence reconnue qui saurait être utile ailleurs.
Le nouveau titulaire du poste occupait jusque-là la fonction de gouverneur-directeur des collectivités locales. Driss Jettou, alors aux manettes de l’administration du territoire, a fait appel à lui pour superviser le dispositif technique et logistique des élections législatives du 27 septembre. On l’a beaucoup vu pendant cette période aux côtés de l’ancien titulaire de l’Intérieur lors des multiples conférences de presse données à cette occasion.
Après l’annonce tardive des résultats du scrutin, trois jours après son déroulement, et la confusion que cette situation a générée dans les esprits, M. Ibrahimi s’est éclipsé de la scène pendant quelques semaines. Il n’en fallait pas plus pour que la rumeur en tire la conclusion qu’il était sur la sellette en lui faisant porter le chapeau de ce retard regrettable mais vite rattrapé.
En fait, rien de tout cela. L’intéressé, qui a abattu une somme de travail phénoménal pendant cette consultation électorale, s’est retiré pour aller se reposer.
Le voilà qui revient en force. Avec une promotion en prime. Driss Jettou, qui a appris à apprécier les qualités du personnage , a donc fait appel à lui pour l’aider à restructurer l’administration de la primature selon la vision d’efficacité que le Premier ministre a de sa mission. Tout un programme. Ceux qui connaissent M. Ibrahimi mettent en exergue sa capacité de travail et de synthèse. Une mécanique intellectuelle qui fonctionne bien. La cinquantaine, ce lauréat du cycle supérieur de l’ENA de Rabat (École nationale d’administration), qui a fait toute sa carrière au ministère de l’Intérieur d’abord comme gouverneur d’Inezgane et ensuite en tant que responsable des collectivités locales, est en train de préparer un doctorat en droit. Réservé, voire lunatique, Mohamed Ibrahimi est un homme intransigeant avec lui-même et avec les autres. Même si ses détracteurs le trouvent un peu frimeur sur les bords, se présentant en universitaire qui possède la science infuse, Mohamed Ibrahimi a un côté qui rassure. Fidèle, c’est un homme qui inspire confiance.
Le nouveau Premier ministre va-t-il garder la même équipe de conseillers et de cadres qui ont travaillé pendant les cinq dernières années avec Abderrahmane Youssoufi ? L’arrivée d’un nouveau secrétaire général à la primature est certainement annonciatrice d’une série de changements. Depuis le départ de leur ancien patron, les collaborateurs de celui-ci vivent dans une atmosphère d’attentisme mâtinée d’une certaine inquiétude.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *