L’honneur de la tribu

L’honneur de la tribu

L’histoire du Sahara marocain est intimement liée à celle du Maroc qui date de l’époque romaine. Depuis cette période, des tribus berbères issues des Zénata et des Sanhaja s’installèrent dans le Sahara.
Bien plus tard, au temps de la dynastie Almoravide, l’ensemble des peuplades arabo-berbères du sud du Maroc se réunirent en une confédération constituée en grande partie des tribus Lemtouna, Maaqil, Beni Hilal, Beni Souelim et Beni Hassan. Avec les Almohades, cette structure subit un éclatement important. Trois grands groupes nomades verront ainsi le jour, les Tekna, les Rguibat et le Maures. Ce sont celles-ci, auxquelles se joignirent des tribus comme Oulad Tidrarine, Laâroussiyine et d’autres, qui sillonnent actuellement le Sahara marocain. Ces groupements, dont le champ d’évolution allait du Maghreb jusqu’au Sénégal, parlent tous le dialecte hassani, un mélange d’arabe classique, du berbère et de langages d’origines soudanaises. La confédération des Tekna : Les Tekna est une grande confédération qui comprend deux principaux groupements, Aït Bella et Aït Jemel. Sous leur bannière, se sont rangées plusieurs tribus qui ont des points communs. Les Tekna sont connus pour avoir dominé le commerce transsaharien qui reliait par caravagesques Oued Noun, Tafilalet, Draâ, Mali, Sénégal et Mauritanie.
Les Rguibat : se réclamant du Marabout Cheikh sid Ahmed Rguibi qui s’est installé au Sahara ( au début dans la région qui s’appelle aujourd’hui Lahmada) à la moitié du 15ème siècle pour y propager l’islam, il s’établit ensuite à Sakiat El Hamra, où il fonda au 16ème siècle sous l’époque des Saâdiens sa célèbre Zaouia. Sid Ahmed Rguibi avait trois enfants : Ali, Omar et Kacem.
Selon les historiens, le premier serait l’ancêtre des Oulad Moussa, des Souaad, des Mouadnine et des Ouled Taleb. Le second aurait donné lieu à la descendance des Oulad Taleb. Les enfants et petits-enfants de l’un et l’autre sont connus pour leur appartenance à Rguibat Sahel. Kacem, quant à lui, il est présenté comme l’ancêtre des Labouihat, des Ahl Brahim et des Foukra. Cette descendance s’est rassemblée sous la bannière de Rguibat Charg dont est issu le chef du polisario Abdelaziz Al Marrakchi.
La confédération des Maures : constituée particulièrement de la grande tribu des Oulad Dlim et de petites tribus comme Lamnassir et Oulad Amouni, elle nomadise le long de la partie sud de la côte atlantique du Sahara. Les Oulad, qui se considèrent comme étant d’origine arabe, si divisent en cinq fractions : Oulaed Bâmar, les Sraghnas, Loudikat Oulad Lakhliga, Oulad Tahgadi.
Laâroussiyine : L’ancêtre de cette tribu est Sid Ahmed Laâroussi Ould Moulay Omar, originaire de la tribu de Beni Arous située au nord du pays (Jbala). Ayant fréquenté les érudits de Fès, il acquit alors qu’il est tout jeune une réputation de sainteté et s’établit plus tard à Sakia Al Hamra.
Oulad Tidadrine : Ils ont pour ancêtre un saint du nom de Sid Saïd Boughanbour issu d’une tribu installée dans les montagnes de Ouazzane (nord du Maroc). Son fils, Sid Ahmed, partit au Sahara et s’y installa au 4ème siècle de l’Hégire. Ce saint est l’objet d’une vénération de la part des Oulad Tidrarine.
Tribu des Chorfa : elles sont issues notamment des Filala, Ahl Cheikh Maaalinine, Toubalt, Oulad Bousbaâ, Ahl Barikallah et Tendgha…Ces tribus trouvent leurs origines dans des mouvements religieux par des hommes de lettres : Maalainine pour Ahl Malainine, Ahmed Bazid de Souss pour les Ahl Barikallah et Sid Tadirt du Souss aussi pour Oulad Bousbaâ.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *