Libye : La Fondation Kadhafi abandonne le dossier des droits de l’Homme

Libye : La Fondation Kadhafi abandonne le dossier des droits de l’Homme

L’influente Fondation Kadhafi, présidée par le fils du numéro un libyen, a annoncé mercredi qu’elle ne défendrait plus les réformes politiques et les droits de l’Homme et qu’elle se consacrerait désormais à ses activités de charité. La Fondation «annonce qu’elle ne compte plus parmi ses activités l’appui aux réformes politiques et aux droits de l’Homme et qu’elle allait redoubler ses efforts pour remplir sa mission de base de bienfaisance», notamment en Afrique sub-saharienne, selon un communiqué transmis à l’AFP. Créée en 1997, cette organisation caritative défend depuis quelques années un programme de réformes en Libye lancé par son président Seif al-Islam Kadhafi, fils du dirigeant Mouammar Kadhafi, comprenant un projet de constitution et la libéralisation de la presse. «Je suis convaincu que ce changement nous permettra d’orienter nos efforts vers les domaines les plus importants dans lesquels nous travaillons, en vue d’améliorer la vie des gens dans les régions les plus pauvres de la planète», a déclaré Seif al-Islam Kadhafi, cité par le communiqué. Cette décision a été prise par le Conseil d’administration de la Fondation, lors de sa réunion annuelle tenue mardi et mercredi à Londres, a-t-on précisé. L’annonce intervient deux jours après la publication par la Fondation de son deuxième rapport sur les droits de l’Homme en Libye, dans lequel elle a regretté «une régression dangereuse» dans la situation de la société civile. Lors de sa réunion, «le Conseil d’administration a exprimé son inquiétude au sujet de certaines positions prises par la Fondation dans un passé récent», ayant pris «une tournure politique», a ajouté le communiqué, citant le rôle de la Fondation dans la libération en août 2009 d’Abdelbaset al-Megrahi, le Libyen condamné à la prison à vie pour l’attentat de Lockerbie, et l’affrètement d’un cargo d’aide à Gaza en juillet dernier. La Fondation Kadhafi s’était faite connaître surtout lors de sa médiation dans l’affaire des infirmières bulgares libérées en 2007 après plus de huit ans de détention en Libye.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *