L’isolement d’un manager

Abdelhafid Rouissi qui a longtemps assumé les fonctions de directeur général du Groupe Maroc Soir a lié son nom à une phase cruciale dans les transformations qu’a connues cette structure médiatique, mais il a également dû subir les affres de la gestion d’une entreprise sans Conseil d’Administration. L’arrivée de cet ambitieux manager à la direction du groupe a coïncidé avec une période de transition politique exceptionnelle au Maroc, qui nécessitait un effort d’adaptation tant en termes de ligne éditoriale des publications du groupe qu’en termes de relations avec les divers centres de pouvoir. Rouissi fut, par conséquent, en première ligne dans la mise en oeuvre des transformations et des restructurations que ces changements entraînaient pour le groupe, notamment dans le domaine des gestions des ressources humaines qui constituent encore le casse-tête de tous ceux qui ont en charge les destinées de cette entreprise particulière. Mais Abd-elhafid Rouissi, malgré les difficultés de la tâche, a pu inscrire le groupe dans une logique de modernisation industrielle incontestable. Il l’a notamment doté de deux imprimeries d’un standard de qualité international qui ont permis à de nombreuses publications de bénéficier d’un plateau d’impression moderne et souple contribuant par là de manière concrète au renforcement du pluralisme en matière de presse écrite dans le pays. Le bilan de Rouissi, qui assume toujours les fonctions de conseiller auprès de la direction du groupe, chargé notamment du portail le matin.ma, à la tête de l’entreprise n’est cependant pas encore évalué en termes objectifs compte tenu des interférences d’ordre politique et personnels dans l’établissement du rôle de ce journaliste devenu manager au milieu des tempêtes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *