L’OCI réaffirme son soutien à Arafat

Les participants à la réunionde l’OCI ont exprimé leur soutien à la résistance du peuple palestinien et appelé les nations unies à imposer des «sanctions Dissuasives» à l’encontre d’Israël.
Les pays musulmans de l’organisation de la Conférence islamique (OCI) ont accusé lundi Israël d’entraîner le Moyen-orient dans la guerre et demandé une action immédiate du conseil de sécurité de l’ONU pouvant aller jusqu’à l’utilisation de la force.
Dans une déclaration adoptée à l’unanimité lors de la première journée d’une réunion sur le thème du terrorisme à Kuala Lumpur, l’OCI a requis une «action immédiate du conseil de sécurité pour appliquer le chapitre VII de la charte de l’ONU». Lequel chapitre prévoit l’usage de la force en dernier recours. Les participants ont souligné que les actions terroristes et pratiques agressives d’Israël, constituent une menace pour la paix et la sécurité internationales et entraînent la région vers une guerre ouverte.
L’OCI, dont les 52 membres sont réunis au niveau des ministres des Affaires étrangères ou de leurs représentants à Kuala Lumpur, a fermement condamné la récente attaque israélienne de villes et villages palestiniens, ainsi que du quartier général de la présidence palestinienne, et la mise en danger de la vie du président palestinien Yasser Arafat.
L’organisation demande à l’ONU, aux Etats-unis et à la Russie, les deux parrains du processus de paix au Proche-orient, ainsi qu’à l’Union européenne de prendre des mesures pour arrêter l’opération israélienne et obtenir le retrait des troupes d’Israël des territoires occupés.
Il s’agit également de soutenir le plan de paix, proposé par l’Arabie saoudite, adopté le mois dernier par le sommet arabe à Beyrouth.
La première journée des travaux de l’OCI a été dominée par l’escalade de la violence au Proche-orient. Les Etats-unis ont recueilli à la conférence des témoignages de sympathie pour les attentats du 11 septembre, mais ils ont également été dénoncés comme principal soutien du «terrorisme d’Etat» dont est accusé Israël.
L’objectif fixé par les hôtes malaisiens à la conférence est de mieux intégrer les pays islamiques, placés au banc des accusés par les attentats anti-américains de septembre, dans la lutte internationale contre le terrorisme.
En inaugurant la rencontre, le Premier ministre malaisien, Mahathir, Mohamed a qualifié de « terroristes » les forces israéliennes, mais aussi les attentats suicide palestiniens. Mahathir a expliqué que les attaques contre des civils devaient être considérées comme des actes de terreur. Cette dernière déclaration a été contrée par le ministre représentant le Qatar, Cheikh Hamad ben Jassem Al Thani qui a considéré que «ce sont les israéliens qui sont des terroristes, mais pas les palestiniens, car ceux-ci se battent pour leur terre ». M. Mahathir a contesté qu’islam et terrorisme soient liés et a appelé les musulmans « à condamner le terrorisme une fois qu’il sera clairement défini ». Il a noté que les populations des pays musulmans avaient des griefs à l’égard des pays développés accusés de domination idéologique, militaire et économique. Seulement, selon le dirigeant malaisien, l’impuissance des pays musulmans à faire quoi que ce soit pour remédier à cette situation ajoute à cette frustration et à cette colère et conduit certains à de terribles actes de terreur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *