L’OIM lance une étude sur les flux migratoires des enfants non accompagnés au Maroc

L’OIM lance une étude sur les flux migratoires des enfants non accompagnés au Maroc

10% de la population migrante en situation d’irrégularité est représentée par des jeunes

Le gouvernement a pris plusieurs mesures importantes pour répondre aux exigences des enfants migrants en leur assurant une assistance directe mise en œuvre, entre autres, par l’Entraide nationale.

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) va lancer prochainement une étude sur les flux migratoires des enfants non accompagnés et séparés au Maroc. Cette étude détaillée permettra d’analyser les flux migratoires des enfants non accompagnés et séparés étrangers et nationaux au Maroc. S’agissant des enfants étrangers, les données recueillies permettront de savoir d’où ils viennent (pays et régions d’origine), les motifs de leur migration, les pays de destination, leur parcours migratoire, les acteurs impliqués, leurs besoins spécifiques ainsi que leur degré de vulnérabilité aux réseaux de traite et d’exploitation. Il en va de même pour les enfants marocains non accompagnés qui migrent en interne au Maroc ou qui sont en mobilité vers l’étranger.

A l’issue de cette étude, des recommandations seront formulées et une feuille de route sera établie pour répondre aux besoins des enfants non accompagnés et séparés étrangers et nationaux. Cette initiative vise à contribuer à l’amélioration du système d’assistance et de protection de ces enfants en appuyant tous les acteurs étatiques et non étatiques dans ce but. Selon les données récentes, 10% de la population migrante en situation d’irrégularité au Maroc est représentée par des jeunes âgées de 16-17 ans. La majorité de ces enfants est originaire principalement de la Guinée Conakry, de la Côte d’Ivoire, du Nigeria, du Mali et du Cameroun. Il a été constaté que durant ces dernières années, presque la totalité de ces enfants accède à la ville d’Oujda par la frontière algérienne et se déplace dans les villes de Nador et Tanger dans l’attente de traverser les frontières espagnoles via bateaux ou camions. Ils vivent dans des conditions extrêmement critiques d’abandon, d’abus et d’accès limité aux services de base.

Parallèlement, plusieurs acteurs de terrain ont constaté un flux important d’enfants marocains séparés de leurs parents ou en situation d’abandon en mouvement vers l’Europe. Face à l’ampleur du phénomène migratoire et aux vulnérabilités des enfants migrants, le gouvernement a pris plusieurs mesures importantes pour répondre aux exigences des enfants migrants en leur assurant une assistance directe mise en œuvre, entre autres, par l’Entraide nationale. Parmi les autres mesures importantes figure l’extension du Régime d’Assistance médicale aux enfants migrants et l’adoption en 2016 d’une loi visant à combattre la traite des êtres humains, à laquelle l’OIM Maroc a contribué. Cela dit, il reste toujours des efforts à déployer pour assurer une protection effective à ces enfants. C’est pour toutes ces raisons que l’Organisation internationale pour les migrations a jugé qu’il était nécessaire de soutenir les différents ministères et institutions impliquées dans la protection de l’enfance, ainsi que les acteurs de la société civile en leur assurant des mesures et outils efficaces avec les standards internationaux pour assister et protéger les enfants migrants.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *