L’OMS recommande de commencer plus tôt le traitement antirétroviral

L’OMS recommande de commencer plus tôt le traitement antirétroviral

Les nouvelles directives de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la lutte contre l’infection par le VIH et contre le sida, publiées lundi à Vienne, recommandent de commencer le traitement plus tôt en utilisant des molécules moins toxiques. Dans ses dernières directives, qui datent de 2006, l’OMS recommandait de traiter les malades quand leur compte de cellules CD4, qui définissent le niveau immunitaire, était descendu à 200 ou moins par mm3 de sang. Le taux normal est de 1000 à 1500. «Tous les adultes et les adolescents, y compris les femmes enceintes séropositives, présentant un niveau de CD4 de 350 cellules par mm3, doivent entamer un traitement antirétroviral, qu’il y ait ou non des symptômes cliniques», indique l’OMS, dans un texte de plus de 150 pages. Elle avait déjà avancé cette recommandation en novembre dernier, à la veille de la Journée mondiale du sida.L’OMS suggère aussi que les patients présentant des symptômes importants commencent le traitement quel que soit leur compte de CD4. «Les nouvelles recommandations peuvent augmenter substantiellement le nombre de personnes éligibles pour un traitement et donc augmenter le coût», relève l’OMS, qui admet qu’elles puissent ne pas être immédiatement appliquées par tous les pays. Selon les estimations, mettre sous traitement tous les patients ayant un compte de 350 CD4 ou moins devrait «augmenter le nombre des personnes traitées de 49%», «faire baisser le nombre des décès de 20% d’ici 2015», et éventuellement réduire la transmission du virus, souligne l’OMS. Quelque 5,2 millions de personnes séropositives recevaient un traitement contre le VIH à la fin de 2009, selon les dernières données publiées lundi à Vienne par l’OMS dans le cadre de la 18ème Conférence internationale sur le sida. A la fin de 2008, on estimait à 4 millions le nombre de personnes recevant un traitement. En 2009, 1,2 million ont commencé à prendre des antirétroviraux, ce qui donne un total estimé à 5,2 millions de personnes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *