L’OMS tire la sonnette d’alarme: Marocains, vous consommez trop, beaucoup trop de sel

L’OMS tire la sonnette d’alarme: Marocains, vous consommez trop, beaucoup trop de sel

L’hypertension artérielle et les maladies cardio-vasculaires ne sont pas des pathologies méconnues des Marocains.  Elles touchent près de la moitié de la population et seraient fortement liées à un mode de consommation trop «salé».

C’est ce qu’essaie de démontrer l’Unité de recherche Nutrition humaine Laboratoire Biologie et santé  à l’Université Hassan II de Casablanca. Comment opère-t-elle ?

Au Maroc, l’hypertension artérielle sévit et c’est à travers une évaluation de la consommation quotidienne du pain par les Marocains uniquement qu’un groupe de chercheurs chapeauté par Dr. Abdelfettah Derouiche entend démontrer que nous sommes déjà au-delà de l’apport quotidien du sel préconisé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). «L’apport quotidien du sel à travers l’alimentation des Marocains demeure inconnu à l’exception de l’estimation de son apport à travers la consommation du pain boulanger», nous explique Dr. Derouiche tout en précisant que la consommation élevée de sodium est en effet indissociable à l’hypertension artérielle et expose le consommateur à un risque élevé de  maladies cardio-vasculaires.

Ces recherches font l’objet d’une étude pilote recommandée et soutenue par l’OMS et dont les résultats seront dévoilés en mars prochain. Ceci dit, les premiers chiffres dénichés sont déjà parlants. Sur un échantillon de 134 participants composé de 64 hommes et 68 femmes âgés de 25 à 65 ans provenant de Casablanca, Errachidia, Meknès et du Haut Atlas, plus de la moitié consomme jusqu’à deux fois plus que le seuil de consommation quotidienne recommandé par l’OMS (2.000 mg) tandis que  seuls 28% auraient une consommation en sodium inférieur à ce seuil.  «57,6 % d’entre eux ont une excrétion entre 2000 et 4000 mg et 13,6% dépassent 4000 mg par jour». Il est sans rappeler dans ce sens que ces chiffres correspondent à une consommation en pain uniquement, le reste des aliments quotidiens étant difficile à évaluer.

Par ailleurs, l’analyse des données d’excrétion du sodium collectées par l’unité de recherche «Nutrition humaine» montre qu’il n y a pas de différence significative entre les quartes régions de l’étude. Pour ce qui est de l’excrétion du potassium, ces chercheurs indiquent que seul un participant respecte la recommandation de l’OMS de consommation journalière (3510 mg). Le reste des chiffres reste alarmant. La consommation en potassium a atteint 1531,2 mg par jour à Casablanca et 1697,7mg par jour à Errachidia. «Ils sont significativement plus élevés vers Meknès et le Haut Atlas», précise l’étude.

L’OMS avait évalué le nombre de Marocains âgés de plus de 25 et souffrant d’hypertension à 41,2% en 2008 déjà.  Une autre étude, cette fois nationale, avait alerté quant à une forte prédominance féminine dans la cible atteinte de cette pathologie, ce qui est une particularité pour la région MENA. Ceci avant d’attirer l’attention sur le fait qu’il s’agit là d’un vrai problème de santé publique. Selon l’OMS, les maladies non transmissibles à l’instar de l’hypertension artérielle, les maladies cardio-vasculaires, le cancer ou encore le diabète, représentent les premières causes de mortalité dans le monde. Elles tuent plus de 38 millions de personnes annuellement. La moitié de ces décès, indique l’OMS, serait prématurée et évitable.

Prenant conscience de cette situation, plusieurs acteurs dont le groupe de recherche «Nutrition humaine» multiplient leurs efforts pour prévenir ce problème de santé. De plus, «le coût de prise en charge des maladies cardio-vasculaires en pratique de santé publique est très élevé, d’où l’intérêt de la prévention primaire», précise-t-on auprès de cette unité de recherche.

A ce jour, ce groupe ne cesse de sensibiliser aux méfaits de la surconsommation du sel sur la santé des Marocains et œuvre pour  participer à l’identification des voies permettant d’agir efficacement pour réduire de la consommation du sel au Maroc. Parmi ces voies, le pain est considéré comme l’un des principaux vecteurs de sel. Pour cela,  ajoute Dr, Derouiche, «nous avons approché plus de 300 boulangers que nous avons sensibilisés par rapport aux dangers de l’abus de sel».

L’OMS recommande 5g de sel par jour

Si l’on se base sur les données relevés par l’unité de recherche « Nutrition humaine », la consommation excessive du sel est associée non seulement à un risque d’hypertension artérielle et de maladies cardiovasculaires, des AVC( accidents vasculaires cérébraux) mais également au cancer de l’estomac, de l’obésité, de maladies néphrétiques, le vieillissement prématuré de la peau, l’ostéoporose.. .

Cette surconsommation représente à elle seule 10% (1.65 millions) des mortalités des maladies cardiovasculaires (17.5 million) . D’après les estimations actuelles, la consommation moyenne de sel, au niveau mondial, est d’environ 10 g par jour (3,95 g de sodium par jour).

L’OMS recommande de depuis 1983 de ramener l’apport en sel à moins de 5 g par jour pour les adultes, ce qui est l’équivalent de 2 g de sodium par jour,  pour faire baisser la tension artérielle et réduire le risque de cardiopathie coronarienne et d’accident vasculaire cérébral ainsi que les autres maladies associées à cette surconsommation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *