L’optimisme mesuré des syndicats de l’enseignement

Plusieurs indices portent à croire que le dossier épineux du règlement des doléances du corps enseignant est en passe d’être réglé dans les jours ou semaines qui viennent ; et ce , en dépit des réserves que peuvent afficher les syndicats qui persistent à juger les acquis à travers les actes et la réalité palpable ; c’est-à-dire la réalisation concrètes des promesses gouvernementales .
Il va de soi que la lettre du Premier ministre, annoncée aux membres du gouvernement, à l’occasion du nouvel an constitue un pas positif dans le sens de l’apaisement de la tension qui règne parmi le personnel de l’Education nationale, toutes catégories confondues. Dans un entretien avec Abderrah-man Chennaf, secrétaire général du SNE – CDT ( syndicat national de l’Enseignement), ce dernier n’a pas manqué de faire part de sa satisfaction quant à la volonté du gouvernement de procéder à la mise en place d’un nouveau statut des fonctionnaires. M. Chennaf a ajouté, à cet effet, qu’à la lumière de certains éclaircissements apportés par de hauts responsables du ministère, il y a lieu de conclure que l’exécutif est déterminé à réviser ce dossier dans ses aspects financiers et administratifs.
Dans le même ordre de révélations, il a annoncé que les trois syndicats de l’Enseignement, le SNE, la FAE-UGTM (Fédération autonome de l’enseignement) et la FNE-UMT ont adressé, à cet effet, une lettre au ministre de l’Education nationale dans laquelle ils rappellent les engagements tenus à l’issue des négociations du 7 décembre 2001 ; notamment en ce qui concerne la tenue d’une nouvelle séance de dialogue social, juste après la fête du l’aïd, une séance qui tarde encore à venir. En même temps, ils lui ont fait part de leur satisfaction quant à sa déclaration ainsi que celle du Premier ministre ce sujet.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *