L’option algérienne : Faire échec à la 3ème voie

Les Nations Unies et en particulier le Secrétaire général, les représentants des Etats membres de l’ONU et les pays européens sont convaincus que la solution politique est la seule issue à la question du Sahara marocain, a affirmé M. Youssoufi, qui était l’invité de l’émission «Hiwar Al Ousboua», diffusée vendredi sur la chaîne MBC. Et d’ajouter que le Maroc a accepté la solution politique soumise actuellement au Conseil de Sécurité, formulant le souhait que celle-ci aboutisse.
Concernant le sort des Marocains séquestrés dans les prisons du «Polisario» à Tindouf, en Algérie, le Premier ministre a qualifié leur situation de «scandaleuse». Il a également exprimé son étonnement que la communauté internationale n’ait pas exercé de pressions pour la libération des prisonniers marocains, civils et militaires détenus depuis plus de 20 ans. «Cette situation est contraire à toutes les normes internationales et à la convention de Genève», a relevé M. Youssoufi, soulignant dans ce contexte que le Maroc a fait preuve d’ouverture d’esprit, en libérant tous les prisonniers qu’il détenait. Abordant le volet des relations maroco-espagnoles et dans la perspective de la rencontre entre les ministres marocain et espagnol des Affaires étrangères, M. Youssoufi a noté que les négociations entre Rabat et Madrid doivent englober tous les dossiers en suspens.
Le Premier ministre n’a pas manqué, par ailleurs, d’exprimer son regret vis-à-vis de la position algérienne à propos de l’île marocaine «Tourah» bien qu’il s’agisse d’une question «d’intégrité territoriale». Et de souligner que le Maroc ne s’attendait pas à ce que les autorités et les médias algériens fassent preuve de précipitation en s’alignant sur la position espagnole, ajoutant que le Royaume a toujours respecté «la souveraineté nationale de ce pays depuis la révolution algérienne et défendu son unité que ce soit lors des négociations avec la France pour son indépendance ou dans le cadre des Nations Unies». Concernant l’adhésion du Maroc à la campagne internationale contre le terrorisme et «ses réseaux qui ont des ramifications partout dans le monde», M. Youssoufi a affirmé que grâce «à sa vigilance et à l’action soutenue de ses services de sécurité, le Maroc a démantelé un réseau terroriste avant d’exécuter ses plans».
S’agissant des «organisations locales» qui ont été interpellées dernièrement, M. Youssoufi a relevé que «ce qui s’est passé était d’une portée limitée», expliquant que «l’instruction judiciaire» est en cours et que le parquet fait état des derniers développement de cette affaire dont les médias se font l’écho. Il a souligné que les autorités marocaines traitent ce dossier «avec la transparence qui se doit, tout en accordant les garanties judiciaires aux personnes concernées». «Il n’y a nulle crainte de voir ce que l’on appelle le +danger islamiste+ gagner le Maroc», a ajouté M. Youssoufi qui en veut pour preuve que le Royaume, qui a une frontière commune avec l’Algérie, pays ravagé par la violence au quotidien, n’a pas été touché par ce phénomène, grâce à l’action d’encadrement des citoyens par les formations politiques et syndicales et les organisations de la société civile».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *