L’UE doit revoir sa politique marocaine

Arrivé dimanche à Casablanca à la tête d’une délégation de 20 entrepreneurs néerlandais, pour une visite de travail de deux jours, M. Ybema, ministre hollandais du commerce extérieur a eu une série d’entretiens avec un nombre de responsables marocains. Ainsi, le ministre hollandais a rencontré MM. Omar Azziman, ministre de la justice et président de la fondation Hassan II pour les immigrés, Fathallahh Oualalou, ministre de l’Economie, des finances, du tourisme et de la privatisation, Mustapha Mansouri, ministre de l’industrie, du commerce, de l’Energie et des mines, Ismaïl Alaoui, ministre de l’agriculture et du développement rural, et Saïd Chbâatou, ministre des pêches maritimes.
La présente mission économique, a expliqué M.Ybema, vise à consolider les relations entre les deux pays, dont les points forts ont été la visite du premier ministre, M. Abderrahmane Youssoufi, aux Pays-bas, et celle du prince héritier des Pays-bas, Wilhelm Alexander, au Maroc, en octobre 2000.
Le responsable néerlandais s’est félicité des liens de coopération de plus en plus étroits entre les deux royaumes, émettant l’espoir de voir les 300 mille marocains établis aux Pays-bas s’impliquer davantage dans le développement socio-économique de leur pays d’origine. M. Ybema s’est dit particulièrement impressionné par l’oeuvre de modernisation que connaît le Maroc, sous la conduite éclairée de SM. le Roi Mohammed VI. Il a estimé, par conséquent, que la politique de libéralisation entamée par les autorités marocaines et la levée des barrières douanières mériteraient une certaine reconnaissance.
« Je pense que l’UE n’est pas tout à fait en phase avec les développements économiques et politiques que connaît le Maroc », a dit le ministre hollandais lors d’un point de presse tenu, mercredi à Tanger.
Tout en mettant en exergue les potentialités que recèle la région de Tanger-tétouan et le rôle qui échoit, pour son essor, à la communauté marocaine établie en hollande (300.000 personnes), M. Ybema s’est félicité de la teneur de ses entretiens avec les responsables marocains et du franc succès de sa mission au Maroc. Selon l’office des changes, les échanges commerciaux entre le Maroc et la Hollande ont enregistré une hausse de 4,5 pc durant les six premiers mois de l’année 2001, par rapport à la même période de l’année 2000.
Entre 1985 et 2000, ces échanges ont enregistré un taux de croissance moyen annuel de 11 pc, passant de 1,568 milliard de dh, à plus de 4 milliards de dh. Les investisseurs néerlandais sont appelés à tirer profit des opportunités offertes par le cadre institutionnel mis en place par le Maroc en matière d’investissement, de soutien à l’initiative privée, d’exonération de la TVA sur les biens d’équipements importés et les droits d’enregistrement des actes d’acquisition des terrains destinés aux projets d’investissement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *