L’Université s’ouvre sur son environnement

Le principal reproche adressé à l’université marocaine, c’est celui d’être coupé de son environnement immédiat. Ressemblant à des citadelles n’ayant pour rôle unique et presque exclusif que de dispenser un cursus scientifique, l’université marocaine a longtemps souffert d’une image de tour d’ivoire. Afin de remédier à cela, plusieurs actions ont été enregistrées dernièrement et visant à renouer le contact avec la société civile et avec les communes. C’est dans ce cadre que la Faculté des lettres et des sciences humaines de l’université Cadi Ayyad de Marrakech et la municipalité de Sidi Youssef Ben Ali ont signé, vendredi dernier, un accord de coopération portant notamment sur l’échange d’expériences et d’informations ainsi que la réalisation d’études dans les domaines économique, social et environnemental. Les deux parties s’engagent ainsi à encourager les travaux de recherche et les rencontres scientifiques dans la perspective de permettre à l’université de s’ouvrir davantage sur son environnement socio-économique. Aux termes de l’accord, le conseil municipal s’engage à contribuer, selon les moyens dont il dispose, au financement des recherches en matière environnementale et géographique de la commune et la Faculté à mettre son expérience et ses potentialités à la disposition du conseil pour la réalisation d’études et de conseils. Cette cérémonie a été, par ailleurs, marquée par un hommage à des fonctionnaires et employés de la municipalité mis à la retraite ainsi qu’à des licenciés en histoire-géographie de la commune. La cérémonie a été également l’occasion pour la présentation d’un ouvrage sur les travaux du séminaire initié sous le thème «l’espace et l’homme» dans le cadre du 3ème Moussem culturel de la municipalité.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *