Lutte contre la grippe A : selon l’OMS, il est trop tôt pour crier victoire

Il est trop tôt pour «crier victoire» dans la lutte contre la grippe H1N1, a averti, mardi, la directrice générale de l’OMS Margaret Chan en mettant en garde contre la possibilité de mutation d’un virus «hautement imprévisible». «Le nouveau virus H1N1 continue à se propager (…) des millions et des millions de personnes ont été infectées. Nous avons de la chance que la plupart des gens guérissent de la maladie», a déclaré le Dr Chan.
«Le fait que cette pandémie grippale, attendue depuis longtemps, soit si modérée est sans doute la meilleure nouvelle de la décennie en matière de santé», a-t-elle souligné.Pourtant, a-t-elle rappelé, la maladie tue aussi et a fait à ce jour près de 12.000 morts «confirmés en laboratoire», notamment parmi des femmes enceintes, des enfants et des personnes souffrant de maladies chroniques. Ce chiffre est en fait en dessous de la réalité, a-t-elle insisté. Pour le Dr Chan, il faudra «au moins deux ans» pour tirer un bilan de la pandémie et de la surmortalité causée par le virus. «Nous savons que les virus grippaux sont hautement imprévisibles», a-t-elle aussi mis en garde en évoquant la possibilité d’une mutation du virus. «Nous ne devons pas être pris par surprise et continuer à assurer le suivi de la situation», a-t-elle insisté. «Personne n’a envie de voir le virus H1N1 muter vers une forme plus dangereuse: croisons les doigts», a ajouté le Dr Chan. «Il est trop tôt et prématuré d’affirmer que l’on soit arrivé à la fin de la pandémie au niveau mondial», selon la directrice de l’OMS.
Dans certains pays de l’hémisphère nord comme le Canada et les États-Unis, le pic de la deuxième vague de la pandémie est dépassé, mais l’hiver boréal n’est pas terminé, soulignent les experts de l’organisation. La directrice de l’OMS a, par ailleurs, démenti avec véhémence prendre ses décisions sous l’influence de l’industrie pharmaceutique, notamment à l’heure de déclarer l’état de pandémie en juin dernier, ou de recommander l’utilisation d’antiviraux et des vaccinations massives. «Il n’y a aucun fondement à ces allégations. Cette rumeur est nuisible», s’est-elle indignée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *