Lutte contre la pauvreté, priorité nationale

La wilaya de Fès abrite du 9 au 12 juin une rencontre de consultation d’experts pour l’adoption de la stratégie régionale pour le développement sanitaire et la réduction de la pauvreté. Lors de l’ouverture des travaux de cette manifestation lundi dernier, le ministre de la Santé M. Mohammed Cheikh Biadillah a affirmé, dans une allocution lue en son nom par M. Fouad Hamdi, secrétaire général du Ministère de la Santé, que la lutte contre la pauvreté constitue l’une des priorités majeures du Maroc.
Dans le cadre des efforts déployés pour combattre ce fléau, le ministre a évoqué, entre autres, la gratuité de l’enseignement, les programmes d’habitat social, de la santé, de l’emploi, et de la lutte contre l’analphabétisme, les actions pour le développement du monde rural et les programmes des besoins essentiels de développement et des priorités sociales (BAJ). Et d’ajouter que le plan quinquennal en cours pour le développement économique et social a consacré 100 millions de dollars aux projets de lutte contre la pauvreté dans le cadre de la politique de proximité adoptée par le Royaume.
De son côté, le directeur régional de l’OMS pour la région de la Méditerranée orientale, M. Hucine Abderrazak Al Jazairi a indiqué que la pauvreté a constitué durant les deux dernières décennies un problème complexe pour le développement socio-économique des pays en voie de développement, précisant qu’à l’aube du XXIe siècle, environ 20 % de la population mondiale, soit 1.300 millions d’individus, vit dans la pauvreté absolue, a un revenu inférieur à 1 dollar par jour.
Pour sa part, M. Ahmed Arafa, wali de la région de Fès Boulemane, a rappelé dans ce cadre la réussite du programme des besoins minimums pour le développement réalisé en partenariat avec toutes les potentialités concernées dans le quartier de Sahrij Gnaoua à Fès et dans la localité Ouled Ayad dans la province d’El Jadida. Lors de cette manifestation, il a été procédé à la signature d’une convention de partenariat entre le ministère de la Santé, l’OMS et l’Agence de développement social pour l’extension du programme des besoins essentiels pour le développement (BED) à d’autres régions du Royaume et pour la réduction de la pauvreté.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *