Lutte contre le tabagisme : Les produits nicotiniques à risque réduit, la solution ?

Lutte contre le tabagisme : Les produits nicotiniques à risque réduit, la solution ?

Le constat est alarmant : toutes les 6 secondes, une personne meurt d’une maladie due au tabagisme. Les formes actuelles de lutte contre le tabac se sont avérées  insuffisantes. 

Les produits nicotiniques à risque réduit (PNRR) offrent  une solution selon le rapport du bilan mondial 2018 sur la réduction du risque tabagique. Ces produits seraient moins dangereux que la cigarette. Selon les auteurs du rapport, les PNNR (notamment les cigarettes électroniques, les produits chauffés sans combustion et le snus suédois) fournissent certes de la nicotine, mais réduisent considérablement les risques posés par les produits de combustion du tabac : «il n’y a pas de fumée sans feu». Ces alternatives moins nocives ont joué un rôle majeur dans la réduction du tabagisme dans plusieurs pays. S’agissant de la cigarette électronique, il est estimé que vaper comporte 95% moins de risques que  de fumer une cigarette. Pour ce qui est du  snus, celui-ci  n’est pas inhalé et ne comporte aucun risque de maladies respiratoires, qui sont à l’origine de près de la moitié des décès dus au tabagisme. En outre,  les personnes se trouvant  à proximité ne sont exposées à aucun risque. D’après ledit rapport, 320.000 décès pourraient être évités chaque année si l’UE levait son interdiction sur le snus. 

«En interdisant ces produits, en les soumettant à des réglementations onéreuses ou des taxes élevées, on prive de fait l’accès à des produits capables de sauver des vies», signale le rapport. Ainsi, des réglementations appropriées devraient assurer la sécurité et la confiance des consommateurs, encourager l’innovation dans les produits et privilégier la consommation des PNRR par rapport à celle des cigarettes.  En outre, le document précise que ces produits pourraient engendrer une révolution mondiale en matière de santé publique, et ce sans aucun coût pour l’Etat. D’ici 2021, plus de 55 millions de personnes utiliseront une cigarette électronique ou des produits de tabac chauffés sans combustion. «Il est aujourd’hui impératif de ne pas autoriser que des règlementations et les contrôles trop prescriptifs interdisent l’accès à des produits plus sûrs. Les PNRR peuvent être l’un des coups de force des temps modernes les plus marquants en matière de santé publique. Alors que

la majorité des interventions de santé publique dans le monde s’associe à un coût matériel important, cette stratégie ne coûte rien aux États, agences internationales et ONG», conclut le rapport. Signalons que chaque année, plus de six millions de personnes meurent d’une maladie due au tabagisme.  Le nombre des décès attribués à la cigarette dépasse celui des décès combinés du paludisme, du VIH et de la tuberculose.  L’OMS estime que d’ici la fin du siècle, un milliard de personnes auront souffert d’une maladie due au tabagisme. Le coût mondial annuel des maladies dues au tabagisme, en termes de soins de santé et de perte de productivité, correspond à un billion de dollars.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *