Maghreb : Pastré dénonce l’hypocrisie européenne

S’exprimant, mardi soir à Paris, lors d’un colloque organisé par la Fondation française de recherche "Res Publica" sous le thème "Turquie – Maghreb: les conditions du décollage économique", Olivier Pastré a souligné que l’Europe est "hypocrite" dans la mesure où elle est pour un partenariat avec les pays du Sud qui n’engloberait pas les secteurs agricole et halieutique.
La position de l’Europe est également "suicidaire" en matière d’immigration, a-t-il dit, faisant observer qu’à l’horizon 2030, l’UE aura besoin en gros de 40 millions de personnes au moment où 40 millions de cadres sont formés en trop dans les pays du sud de la Méditerranée. "Il y a clairement un déficit d’un côté et un surplus de l’autre", a-t-il précisé. M. Pastré a, par ailleurs, comparé les accords de Barcelone au drame de Tchernobyl, soulignant la nécessité d’"arrêter de se voiler la face en affirmant que le processus euro-méditerranéen se porte bien".
Abondant dans le même sens, Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre, a déploré l’absence d’une "politique européenne résolue" en direction du Maghreb, estimant que l’absence d’une telle politique constitue "une catastrophe". Le rapprochement de l’Europe tant avec le Maghreb qu’avec la Turquie pourrait être "gagnant-gagnant" et "un élément de stimulation" économique, a indiqué M. Chevènement, qui a appelé à la construction d’une "véritable" politique méditerranéenne et d’un élan entreprenarial, ainsi qu’à la création d’une forme d’association entre le Maroc, l’Algérie et la Tunisie.
Les autres intervenants ont mis l’accent notamment sur la nécessité d’élaborer un projet commun pour gérer une solidarité entre le Nord et le Sud de la Méditerranée.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *