Maisons de Jeunes : Un second souffle

Le programme «Ajialcom» prévoit l’ouverture de dix centres communautaires. Il est le fruit du partenariat entre le secrétariat d’Etat chargé de la Jeunesse, le Programme des Nations unies pour le développement et Microsoft. Le coût total du programme est estimé à 413.000 dollars. Il consiste à mettre en place 10 Télécentres communautaires au sein des Maisons de jeunes dont la principale vocation est de sensibiliser, initier, éduquer et former des jeunes à l’informatique.
La population ciblée pourra englober des étudiants, des travailleurs, des entrepreneurs ou des jeunes diplômés qui pourront utiliser les technologies de l’information aussi bien au niveau de leurs études qu’à celui de la recherche effective d’emploi. Le secrétariat d’Etat chargé de la Jeunesse s’occupe de l’infrastructure d’accueil en fournissant des locaux équipés, situés dans les Maisons de jeunes. Pas moins de dix Maisons de jeunes sont ainsi concernées. Le secrétariat d’Etat met également à disposition des personnes chargées de l’encadrement. Leur la mission est d’assurer l’animation, la formation, le suivi auprès des jeunes ayant manifesté de l’intérêt pour cette formation, ainsi que le rayonnement de ces centres sur leur environnement.
Microsoft Afrique du Nord contribue à ce projet en fournissant les supports et programmes de cours développés au niveau mondial, des micro-ordinateurs, des serveurs et des logiciels d’exploitation nécessaires au fonctionnement des Télécentres. Microsoft prendra par ailleurs en charge la formation des formateurs dans un centre agréé pour garantir une certaine qualité d’enseignement. Le PNUD et ICTDAR financent une partie de l’équipement en matériel informatique. Ils se chargent également de la formation pédagogique des encadrants et sont responsables de la rétribution de l’encadrant du projet.
La combinaison des efforts des trois partenaires et la mise à disposition de tous ces moyens permettra aux Télécentres de renforcer leur capacité d’accueil et d’offrir progressivement des activités nombreuses et variées. Ainsi, le centre qui vient d’être inauguré hier à Sidi Bernoussi, à la Maison de jeunes, facilitera l’accès à l’outil informatique. Comme ce sera le cas des autres centres, celui de sidi Bernoussi proposera des ateliers de langues vivantes, un programme d’alphabétisation, l’initiation à l’Internet, à la bureautique et aux logiciels de gestion. Par ailleurs, des séminaires spécifiques seront proposés aux entreprises se trouvant à proximité et ayant des besoins de formation pour leur personnel. Si le Télécentre de Sidi Bernoussi est le premier des dix autres à offrir les prestations des trois partenaires du projet, les neufs autres Télécentres sont en cours de finalisation et devraient tous être opérationnels avant la rentrée scolaire, c’est-à-dire d’ici le mois de septembre 2004. Il s’agit des Maisoss de Jeunes de Moulay Rachid (Ben M’sick), Lissasfa (Ain Chok Hay Hassani), Ibn Khaldoun (Mohammedia, El Alia), Al Maghrib Al Arabi (Mohammedia), Bouznika (Bouznika), 9 juillet (Tiflet), Hay Essalam (Khemisset), Al Amal (Rabat Yaacoub El Mansour) et Al Wahda (Rabat hay Ennahda). En conclusion, le programme « Ajialcom » propose d’offrir les équipements, les ressources humaines, les prestations et les services nécessaires pour que ces télécentres se transforment dans l’avenir à des « micro-entreprises » qui seront appelées à jouer un rôle social dans leur environnement immédiat.
L’objectif est non seulement de mettre en oeuvre des actions qui contribueront à atténuer la fracture numérique, à former et à éduquer les populations ciblées, mais il s’agit aussi de participer à la réalisation des objectifs de développement des communautés avoisinantes, telles que la réduction du taux de l’analphabétisme et la montée en compétence des individus ou encore la création d’emplois.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *