Manifestation des marocains de Catalogne pour dénoncer l’assassinat de Sellam Essabbab

Organisée à l’appel de l’amicale Al Fath et de l’association "Abou Bakr Attortossi", cette manifestation s’est déroulée avec la participation du député catalan d’origine marocaine Mohamed Chaib, ainsi que de plusieurs Espagnols, voisins de la victime, et de membres des autres communautés musulmanes vivant dans la région.

Avant le début la marche, l’imam de la mosquée Al Fath et vice-président de l’amicale portant le même nom, Mohamed Bahssine, a appelé les fidèles à participer à cette manifestation d’une "manière civilisée et à faire montre d’un grand esprit de civisme pour administrer la preuve que les musulmans peuvent répondre pacifiquement à ces actes visant des membres de leur communauté".

M. Chaib, député du parti socialiste catalan, a pris la parole à la fin du prêche de vendredi pour dénoncer ce "crime odieux", soulignant que les Marocains ne sont pas les seuls à réclamer justice, mais que tous les Catalans partagent ce souci.

Il a également appelé les ressortissants marocains à manifester dans la discipline et la sérénité, afin de donner la véritable image de l’Islam et des Musulmans, à savoir "l’image de la tolérance et du respect de l’Autre".

Les manifestants ont parcouru les artères du centre-ville scandant des slogans qui dénoncent ce meurtre, tout en appelant les forces de sécurité à redoubler d’efforts pour arrêter l’auteur de ce crime.

Les faits remontent à mardi après-midi, lorsque le Marocain Sellam Essabbab, un jeune maçon âgé de 36 ans, voulait traverser une ruelle en plein centre-ville près du chantier où il travaillait. Un chauffard a refusé de lui donner la priorité sur le passage pour piétons. Une discussion s’en est suivie entre les deux hommes.

Selon des témoins, le conducteur de la voiture a fait demi-tour, a sorti un pistolet et a tiré à bout portant sur le ressortissant marocain, le tuant sur le coup, avant de prendre la fuite. La police a récupéré cinq cartouches près de l’endroit où gisait le corps de la victime.

L’assassin présumé de l’ouvrier marocain Sellam Essabbab, a pris la fuite avec sa famille après avoir été identifié par la police grâce à la collaboration des habitants de Tortosa.

La photographie de Juan Alberto Gabarri Diaz a été largement diffusée parmi les services de sécurité qui le recherchent activement, après sa disparition avec tous les membres de sa famille.

L’assassin présumé du jeune marocain est connu des enquêteurs comme membre d’un puissant clan qui se dédie au trafic des stupéfiants.

La collaboration des habitants de Tortosa n’a pas seulement permis l’identification de l’assassin de Sellam. D’autres témoins ont vu Juan Alberto Gabarri jeter l’arme du crime dans un endroit précis d’une rivière de la région.

Des plongeurs spécialisés de la police espagnole tentent actuellement de retrouver au fond de l’Ebro le pistolet avec lequel l’auteur du crime a abattu le jeune marocain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *