Mansouri à la conquête du marché Qatari

Dans le cadre de la mise en oeuvre de sa stratégie en matière d’exportation de la main-d’oeuvre marocaine, le ministre de l’emploi, Mustapha Mansouri, s’est rendu les 16 et 17 mai au Qatar. Lors de cette visite, le ministre a eu des entretiens avec Falah Ben Jassim Al Thani, ministre qatari chargé de la fonction publique et de l’habitat. Le but de cette visite a été d’insuffler une nouvelle dynamique à la coopération entre les deux pays, en matière de main-d’oeuvre.
Et pour cause, le Maroc et le Qatar sont signataires d’un accord, le 17 mai 1981, concernant le recrutement et la gestion de la main-d’oeuvre marocaine au Qatar.
En fait, après l’affaire ANAPEC, où plusieurs centaines de Marocaines ont été victimes d’une arnaque orchestrée, notamment, par une société émiratie aux références douteuses, Mustapha Mansouri tient à éviter un autre scandale de ce genre.
En fait, cette visite au Qatar a été concluante. Ce pays du Golfe est en pleine expansion économique. A l’instar des autres pays de la région, la priorité est donnée en matière d’émigration aux pays arabes et musulmans. En termes de compétences, le Maroc est, inutile de le rappeler, bien placé.
D’ailleurs, l’émir du Qatar, le Cheikh Hamad Ben Khalifa Al Thani, qui a également reçu Mustapha Mansouri, a insisté sur cet aspect de la main d’oeuvre, souhaitant que les relations entre les deux pays soient consolidées davantage.
Le souci du ministère est, en fait, double. D’une part, ouvrir un maximum de débouchés pour la main-d’oeuvre marocaine, de plus en plus qualifiée mais qui évolue, hélas, dans un marché du travail quasiment saturé. Multiplication des débouchés pour les travailleurs marocains ne signifie pas que le département de Mansouri veut brader cette richesse humaine dont dispose le Maroc. C’est justement la deuxième préoccupation du ministère: protéger les Marocains demandeurs d’emploi contre les escroqueries de tout genre. En conformité avec le droit international du travail, le ministre a indiqué, à plusieurs reprises, notamment face aux parlementaires, que son département a pris une série de mesures pour mettre un terme aux activités des sociétés étrangères qui organisent de manière illégale l’émigration de citoyens marocains.
Et pour cause, afin de mettre un terme aux agissements douteux de ces sociétés et pour protéger les citoyens de l’escroquerie, de nouvelles clauses ont été introduites dans les contrats de travail, consistant notamment en l’adoption du modèle de contrat stipulé dans les accords de coopération ou celui convenu avec les autorités du pays concerné.
Parmi ces conditions, figurent également la signature du contrat de travail par l’employeur ou celui qui le représente légalement ainsi que par l’employé marocain. Il est en outre stipulé que le contrat de travail doit porter le visa du ministère de l’Emploi du pays d’accueil et la légalisation de ce visa par le ministère des Affaires étrangères du même pays. L’ambassade du Maroc dans ce pays doit, pour sa part, approuver le contrat de travail tout en gardant un exemplaire. Le contrat de travail doit enfin être visé par le ministère de l’Emploi, des Affaires sociales et de la Solidarité s’il réunit toutes les conditions requises.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *