Maroc : Arrestation de 17 islamistes proches d’AL-Qaeda (Officiel)

"Les services de sécurité marocains viennent de démanteler une structure terroriste en formation, composée de 17 éléments liés à la mouvance islamiste radicale ayant des connections avec des groupuscules évoluant à la frontière irakienne et entretenant des liens étroits avec des cadres de l’organisation al-Qaëda", a indiqué cette source dans un communiqué.
Les dix sept islamistes "impliqués dans ce projet ont été arrêtés et seront présentés lundi au parquet" du tribunal antiterroriste de Rabat, a déclaré à l’AFP une source policière.
Selon cette même source, les arrestations ont eu lieu notamment à Rabat et Casablanca, la capitale économique du Maroc qui avait été frappée, le 16 mai 2003 par cinq attentats suicide qui avaient fait 33 morts et des dizaines de blessés.
"Depuis mars 2005, les services de sécurité se sont intéressés au ressortissant marocain répondant au nom de Khaled Azig, ex-étudiant en théologie en Syrie et effectuant de fréquents déplacements entre ce pays et la Turquie", précise-t-on de même source.
Khaled Azig, entré au Maroc en juin 2005, a été rejoint le 29 septembre par un autre suspect, Mohamed Reha, belge d’origine marocaine, a ajouté cette source officielle.
Mohamed Reha, a-t-on poursuivi, est "connu pour avoir séjourné en Syrie et entretenant des liens étroits avec des islamistes maghrébins en Europe".
Arrêtés à Casablanca, Khaled Azig et Mohamed Reha étaient venus au Maroc avec pour mission de "recruter des membres afin de constituer une structure terroriste", selon la même source.
Selon les forces de sécurité marocaines, les deux hommes "ont recruté des individus imprégnés d’idées extrémistes", qui font partie du réseau démantelé, et ont également établi des relations avec des marocains "qui ont reçu une formation paramilitaire en Afghanistan, dont deux ancien détenus du centre américain de détention de Guantanamo, en liberté provisoire dans le pays, Brahim Benchekroun et Mohamed Mazouz, qui ont adhéré à leurs projets".
Le 15 novembre une source policière avait indiqué que trois des cinq ex-détenus marocains de la prison de Guantanamo, qui comparaissaient libres devant le tribunal antiterroriste, avaient été placés en détention pour avoir aidé à l’infiltration d’un membre d’al Qaëda au Maroc.
Il s’agit de Brahim Benchekroun 26 ans, Mohamed Mazouz 32 ans et Redouane Chekkouri, 33 ans, a précisé cette source.
Depuis l’annonce de leur arrestation, la police marocaine avait renforcé son dispositif de sécurité dans les villes, les aéroports, les ports, les lieux publics tels que les gares et les grandes surfaces, ainsi qu’autour des ambassades, selon les forces de sécurité.
Début novembre, un groupuscule islamiste marocain, qui avait déjà menacé de mort un enseignant marocain pour ses écrits, a annoncé avoir déclaré la guerre aux autorités de Rabat mais ces dernières estimaient qu’il s’agissait de rodomontades.
Interrogée par l’AFP, une source sécuritaire a affirmé "n’accorder aucune crédiblité" à ce texte signé d’Abou Mohammad al Maghribi du "bureau d’information" de ce groupe.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *