Maroc-Chimie en grogne

Le Bureau national du syndicat démocratique des Phosphates a décidé de tenir aujourd’hui un sit-in de protestation devant le siège de la Direction générale de l’OCP à Casablanca, en signe de solidarité avec les retraités de Maroc-Chimie de Safi. Ce problème rapporte un communiqué du syndicat, intéresse des centaines de retraités de Maroc-Chimie et des sociétés relevant de l’OCP.
Il s’agit d’une catégorie du personnel, dont le nombre est appelé à augmenter, qui ont travaillé durant une bonne partie de leur vie au sein de l’Office, qui se retrouvent aujourd’hui à un âge avancé et qui n’ont cessé ces derniers temps de réclamer leur droits et d’organiser des manifestations de constations pour faire aboutir leurs doléances. L’origine de ce problème remonte au 31 décembre 1973, la date de l’annonce, par la direction, d’une circulaire appelant les travailleurs à adhérer la Caisse interne de retraite et ce tout en préservant l’affiliation à la CNSS et à la CIMR; mais sous condition de signer un document certifiant leur adhésion à la Caisse interne de retraite. Dans le même ordre, le Premier ministre a adressé, le 29/ 09 /1977, une lettre à la direction de l’OCP concernant ce sujet.
En outre, le directeur général de l’Office s’est engagé dans une circulaire datée du 30 mai 1978, à garantir aux travailleurs une retraite qui ne sera pas inférieure à celles octroyées par la CNSS et la CIMR. Sur ce, la direction a considéré l’ensemble des travailleurs comme étant affiliés de manière automatique à la Caisse interne depuis le premier janvier 1978, mais la CNSS a rejeté ce transfert tant que les travailleurs ne sont pas passés à la retraite. A partir de 1993, les retraités ont commencé à percevoir leurs pensions, à travers l’OCP, mais en 1996, en vertu d’une loi, cette opération a été attribuée à la CNSS. Or, ce n’est qu’à ce moment, que les retraités se sont aperçues qu’ils étaient induits en erreur par l’OCP et que ce dernier leur donne une pension inférieure à celle qu’il devraient avoir normalement.
Le masque tombé, le personnel concerné passa à l’action. La balle est à présent dans les camps du ministère de l’Energie et des Mines et dus Premier ministre en tant que président du Conseil d’administration de l’OCP.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *