Maroc-Emirats : Des relations au beau fixe

Maroc-Emirats : Des relations au beau fixe

SM le Roi Mohammed VI a quitté, hier matin, Rabat en direction vers les Emirats arabes unis où il effectuera une visite officielle sur invitation du Cheikh Khalifa Ben Zayed Al Nahyane, président de l’Etat des Emirats. Le Souverain était accompagné de ses conseillers ainsi que des membres du gouvernement, notamment Taïeb Fassi-Fihri, ministre délégué aux Affaires étrangères et Abdelaziz Meziane Belfquih, conseiller du Roi. Cette visite intervient dans un contexte où les relations entre les deux pays, contrairement à certaines allégations, sont au beau fixe. En effet, SM le Roi avait déjà envoyé, au début du mois d’avril, le ministre des Affaires étrangères, Mohammed Benaïssa, à Abou Dhabi, qui a remis un message écrit au président émirati. Autre signe de l’excellence des relations maroco-émiraties : la présence du Cheikh Soltane Ben Zayed, vice-président du Conseil des ministres, lors des cérémonies de circoncision du Prince héritier Moulay El Hassan.
La visite de SM Mohammed VI aux Emirats arabes unis n’est, donc, qu’une illustration de plus des relations fraternelles qu’entretiennent les deux pays. A noter que Rabat a toujours soutenu l’intégrité territoriale Abou Dhabi, notamment dans le conflit qui l’oppose à Téhéran au sujet de la souveraineté sur trois îles : Tanab Al Qobra, Tanab Assoghra et Abou Moussa. Parallèlement à cela, les Emirats arabes unis ne cessent d’affirmer leur soutien à l’intégrité territoriale du Maroc dans le bras de fer diplomatique engagé par le Maroc contre Alger. En clair, l’excellence des relations entre Feu Hassan et Feu Cheikh Zayed se retrouve aujourd’hui entre les deux jeunes chefs d’Etat, SM Mohammed VI et Cheikh Khalifa Ben Zayed. Sur un autre registre, celui de l’économie, le rapprochement entre les deux pays est également cité en modèle. Avec l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange entre les deux pays, les produits émiratis sont de plus en plus nombreux sur le marché marocain. De même que plusieurs commerçants et hommes d’affaires marocains ont décidé d’investir le marché émirati, qui possède une dimension mondiale incontestable. Afin de s’inscrire positivement dans le développement économique du Maroc, les Emirats arabes unis ont participé à hauteur de 300 millions de dollars à la construction du port Tanger-Med, sous forme d’octroi de dons et de crédits à des conditions préférentielles. Aussi, la gestion de ce port a été confiée à un opérateur émirati de renom planétaire: la Zone Franche de Jabal Ali, qui possède à son actif plusieurs autres ports dans le monde et pas des moindres: Singapour, Syrie…
L’intérêt d’accorder la gestion du port Tanger-Med à la Zone Franche de Jabal Ali, au-delà de l’énorme expérience de cet opérateur, consiste à drainer vers la région du Nord du Maroc d’importants investisseurs arabes et asiatiques.
Les deux pays, en vertu des différents accords et conventions déjà signés, aspirent à développer leur coopération dans le domaine du tourisme, l’environnement, la pêche et les technologies de l’information. Sans oublier la mise en œuvre d’un programme médiatique commun entre 2004 et 2006. Aujourd’hui, l’investissement de capitaux émiratis au Maroc progresse de manière significative. Plusieurs de ces sociétés accroissent leur présence dans notre pays. C’est le cas de la Société maroco-émiratie pour le développement (SOMED) créée en 1982 qui s’intéresse essentiellement aux secteurs touristique, minier, de la pêche et de l’immobilier. C’est le cas également de la société touristique "Ghantout" qui a renforcé sa présence au Maroc à travers l’extension et le réaménagement de la chaîne Sheraton et qui projette de construire de nouveaux établissements hôteliers à Marrakech et Agadir.
L’ouverture d’une ligne aérienne directe Casablanca-Dubaï est une mesure d’accompagnement de cet essor à travers la facilitation du déplacement des touristes et hommes d’affaires vers les deux pays. D’ailleurs, la compagnie “Emirates” projette d’instaurer une ligne quotidienne entre les deux villes. En somme, les arguments avancés par les adversaires du rapprochement entre le Maroc et les Emirats arabes unis, tombent à l’eau. Certains articles de presse ont même parlé d’une froideur entre les deux capitales, avançant l’absence de SM le Roi lors des obsèques de Feu Cheikh Zayed. En fait, le Souverain avait expliqué dans une interview accordée à un journal espagnol que "notre tradition dynastique ne permet pas au Roi d’assister ni aux mariages ni aux funérailles à l’étranger".

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *