Mauritanie : Des tour-opérateurs français «rassurés» sur la sécurité

Mauritanie : Des tour-opérateurs français «rassurés» sur la sécurité

Six tour-opérateurs (TO) français se sont déclarés samedi soir, à Nouakchott, «rassurés» sur la sécurité des touristes en Mauritanie, après une visite d’évaluation dans le nord de ce pays confronté à la menace d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). «Nous sommes conscients que la sécurité des touristes voyageant en groupe est assurée sur la quasi-totalité du territoire mauritanien, particulièrement en Adrar (région touristique, nord)», a déclaré à l’AFP le porte-parole des tour-opérateurs, Gérard Guerrier. «Le niveau d’alerte est monté d’un cran mais il est vrai également qu’on se sent plus en sécurité maintenant qu’il y a deux ans», lors de l’assassinat à Aleg (sud) de quatre touristes français par des éléments d’Aqmi, a ajouté M. Guerrier, après une visite de voyagistes à Atar, une ville du nord. Il a jugé «excessive et injuste» l’évaluation sécuritaire faite par le Quai d’Orsay incluant notamment Chinguitty et Ouadane, deux anciennes villes du nord de la Mauritanie, dans la zone «rouge» de la bande sahélienne, qui outre ce pays comprend aussi le Niger et le Mali où l’Aqmi a mené ces dernières années plusieurs actions dont des enlèvements et exécutions d’Occidentaux. M. Gérard a affirmé que les tour-opérateurs français qui constituent «95% du tourisme dans le désert mauritanien» continueront à «vendre la destination Mauritanie pour maintenir l’espoir et ne pas décevoir les populations qui nous ont bien accueillis». «Nous travaillerons dans cette direction avec détermination même si nous savons que la reprise (du tourisme) sera lente», a-t-il ajouté. Les voyagistes ayant participé à ce voyage en Mauritanie sont La Balaguere, Club Aventure, Atalante, Allibert, Point Afrique et Voyageurs du monde. Le tour-opérateur Point Afrique avait annoncé début octobre la reprise de ses vols en décembre vers la Mauritanie malgré les avis du Quai d’Orsay. Point Afrique avait décidé le 22 septembre de supprimer six des sept destinations qu’elle proposait dans le Sahel, dont la Mauritanie, après l’enlèvement par l’Aqmi de sept personnes (cinq Français, un Malgache et un Togolais) au Niger, transférés ensuite dans le nord-est du Mali.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *