Mauritanie : L’Aqmi menace de tuer le président pour ses liens avec la France

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a menacé lundi d’une nouvelle tentative d’assassinat le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz qu’elle accuse de mener contre elle une «guerre par procuration» pour le compte de la France. «Une nouvelle tentative sera menée par nous et nous continuerons à le faire tant qu’il n’aura pas cessé la guerre par procuration qu’il mène contre les moudjahidines pour le compte de la France», affirme un communiqué d’Aqmi publié lundi par l’agence privée en ligne Nouakchott informations (ANI). Il appelle l’armée mauritanienne à déposer le chef de l’Etat, l’accusant de vouloir lui «imposer une guerre qui n’est pas la sienne» en «alliance avec les croisés». Ce texte confirme de premières déclarations d’un des porte-parole d’Aqmi à ANI: il avait affirmé que son organisation avait visé le président mauritanien dans une opération déjouée la semaine dernière par l’armée mauritanienne. Très active dans la lutte anti-Aqmi, l’armée a réussi à empêcher plusieurs tentatives d’attentat de la branche maghrébine d’Al-Qaïda à Nouakchott visant, outre le président Abdel Aziz, l’ambassade de France et une caserne, selon différentes sources. Au total quatre membres présumés d’Aqmi ont trouvé la mort (trois tués par l’armée, le dernier par suicide), deux ont été arrêtés. Un gendarme mauritanien a également été assassiné et huit blessés lors de ces opérations. Une source sécuritaire malienne a, par ailleurs, indiqué lundi à l’AFP que le Mali avait accepté une demande d’extradition de la Mauritanie d’un de ses ressortissants soupçonnés d’avoir participé à ces tentatives d’attentat, arrêté dimanche avec un autre Mauritanien.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *