Mauritanie : L’opposition favorable à l’offre de dialogue du chef de l’État

Mauritanie : L’opposition favorable à l’offre de dialogue du chef de l’État

La Coordination de l’opposition démocratique (COD) en Mauritanie a annoncé mercredi avoir «favorablement accueilli l’offre de dialogue» du président Mohamed Ould Abdel Aziz à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance. La COD estime que ce dialogue «qu’elle a toujours réclamé doit porter en priorité sur les points contenus dans l’accord signé antérieurement» à Dakar en août 2008, indique un communiqué transmis à l’AFP. Elle «exprime sa disponibilité à discuter dès à présent des modalités pratiques de ce dialogue», ajoute le texte. L’accord de Dakar a permis une sortie de crise en Mauritanie, à la suite du coup d’Etat du 6 août 2008 mené par le général Mohamed Ould Abdel Aziz contre l’ex-président Sidi Ould Cheikh Abdallahi. Il a débouché sur l’organisation de l’élection présidentielle du 18 juillet 2009 remportée par le président Aziz qui estime cependant cet accord dépassé. La COD réclame une enquête indépendante sur les résultats de cette présidentielle qui, selon elle, a été entachée de «fraudes massives». La communauté internationale, qui avait parrainé ces accords de Dakar avait reconnu les élections comme étant «libres et indépendantes», et décidé de reprendre sa coopération avec la Mauritanie, suspendue depuis le putsch. Pour la COD, l’accord de Dakar devrait continuer à réguler les rapports entre les deux parties à travers «un dialogue inclusif» sur toutes les questions en suspens. Des responsables de l’opposition suggèrent cependant d’abandonner cette «terminologie figée» pour décrisper la situation. Le principal parti de la COD, le Rassemblement des forces démocratiques (RFD), a d’ailleurs reconnu en septembre le pouvoir du président Aziz issu de la présidentielle de juillet 2009. Dans un discours dimanche à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance de la Mauritanie, le président Aziz avait exprimé son «entière disposition à engager un dialogue franc avec les partis de l’opposition, que nous invitons à participer de manière engagée à l’œuvre de construction nationale». Il a promis dans ce cadre que «l’État continuera à veiller à la consolidation de la démocratie».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *