Mauritanie : Une enveloppe de 340 millions d’euros en faveur des villes anciennes

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a annoncé à Chinguitty (nord) la création d’un fonds de 340 millions d’euros pour le developpement des villes anciennes de son pays, «symbole de l’identité du pays», mais très affectées par les menaces d’Al-Qaïda. «Le gouvernement a mobilisé un pourcentage du budget de l’Etat» venant «des recettes douanières» pour promouvoir ces villes qui sont «les symboles de l’identité du pays», a affirmé mercredi le chef de l’Etat lors du lancement de la première édition du «Festival annuel des villes anciennes». «Les premiers bénéficiaires de ces allocations financières seront les quatre villes anciennes» de Mauritanie que sont Chinguitty, Ouadane, Tichitt et Oualata, classées depuis 1996 patrimoine de l’humanité par l’Unesco. Ces villes du désert ont été entre le 13e et le 18e siècle des villes-relais pour le commerce caravanier transsaharien et sont aujourd’hui en partie ensevelies par les sables. Elles vivent pour l’essentiel du tourisme et ont été lourdement affectées par les activités et les menaces d’Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) en Mauritanie. Ces quatre villes sont classées en «zone rouge» par la France, dont la Mauritanie est une ancienne colonie, ce qui signifie qu’il est très fortement déconseillé aux étrangers de s’y rendre. Six voyagistes français, dont Point-Afrique, spécialiste de cette région, avaient dans un premier temps décidé de passer outre l’avis du ministère français des Affaires étrangères, mais ont finalement interrompu en janvier leurs voyages organisés dans le nord mauritanien.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *