Médicaments : Les risques liés aux parabènes ne sont pas démontrés

Médicaments : Les risques liés aux parabènes ne sont pas démontrés

La question des médicaments contenant des parabènes refait surface. Alors qu’en France, l’Assemblée nationale avait voté le 3 mai dernier une proposition de loi interdisant la fabrication, la vente et l’importation de médicaments contenant des parabènes, il aura fallu plusieurs mois pour que le département de Yasmina Baddou réagisse. Dans un communiqué publié lundi 29 août, le ministère de la santé a indiqué que les risques pour la santé liés aux parabènes ne sont pas jusqu’à présent démontrés. Le ministère est en attente des résultats d’études internationales actuellement menées avant de statuer. «Des études complémentaires internationales menées par des organismes indépendants sont actuellement en cours, et suivis de près par le ministère de la santé. Dans l’attente des résultats de ces études, le rapport bénéfice-risque des médicaments contenant les parabènes n’est pas remis en cause au Maroc et à l’étranger», précise le communiqué. Rappelons à ce sujet que l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) avait identifié 400 spécialités de médicaments contenant ces conservateurs dont les effets cancérigènes ont fait l’objet de débats scientifiques. Parmi ceux-ci, 306 sont particulièrement ciblés car ils contiennent du propylparaben suspecté de présenter un risque pour la fertilité. Une étude est en cours à ce sujet dont le rapport est prévu pour novembre 2011. Celle-ci permettra de répondre à la question d’un risque sur la fertilité masculine lors d’une exposition durant l’enfance. La liste de ces 400 produits comprend aussi bien des dentifrices que des médicaments utilisés en chimiothérapie anticancéreuse. Dans la liste se trouvent des médicaments couramment utilisés, des sirop contre la toux (Clarix, Drill, Humex, Rhinathiol), des pansements gastriques (Maalox, Gaviscon), des traitements des nausées et vomissements (Primpéran, Motilium), des médicaments contre la douleur et la fièvre, des crèmes comme la Biafine ainsi que des dentifrices (Fluocaril). En attendant les résultats des études pour interdire ou non ces spécialités pharmaceutiques, plusieurs médicaments figurant dans la liste continuent d’être commercialisés au Maroc, mettant en danger la santé des citoyens. Les parabènes sont présents dans de nombreux produits que nous consommons : les produits agroalimentaires, les cosmétiques et les médicaments. Ces conservateurs ont pour objectif d’empêcher le développement des bactéries et des champignons. Ils permettent d’éviter une dégradation du médicament avec une perte d’efficacité. La vraie difficulté, si la toxicité endocrinienne des parabènes était avérée, serait de trouver une alternative, à la fois efficace et présentant un meilleur profil de sécurité comme le note l’Afssaps. Afin de limiter la présence des parabènes dans les médicaments, l’agence incite les laboratoires à privilégier les méthodes physiques et non chimiques de conservation (modifier les conditionnements, développer les préparations unidoses).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *