Meeting de soutien au peuple irakien

Le rassemblement de solidarité avec le peuple irakien qui s’est tenu, dimanche dernier, à Rabat, s’est distingué par des accrochages qui ont eu lieu entre les organisateurs et certains éléments venus leur exprimer leurs hostilités.
Mohamed Lakhssassi, membre de la Commission administrative de l’USFP, Touria Jebrane et Abdelouaheb Doukali ont été hués par une poignée de personnes, pour des raisons injustifiées et n’ayant aucun rapport avec la question irakienne ou les dangers qui guettent le monde arabe. Après des moments de turbulence, le meeting s’est ouvert, laissant la voie à Mohamed Lakhssassi d’exprimer les positions du Comité à l’égard de ce qui se trame ces derniers temps à l’encontre de l’Irak.
A travers cette intervention, le Comité national marocain de soutien au peuple irakien a appelé les pays arabes et islamiques à adopter une « position ferme contre les menaces de guerre en Irak », brandies par les Etats-Unis et leur alliée la Grande-Bretagne.
Dans un communiqué publié lors de ce rassemblement, organisé sous le slogan « Non à la guerre contre l’Irak » auquel ont assisté plusieurs ministres, diplomates, dirigeants de partis politiques, de syndicats, d’associations et d’artistes, le Comité a appelé à l’activation des décisions du Sommet arabe de Beyrouth et à la mise en oeuvre des dispositions de l’accord de défense commune, en cas d’agression américaine et britannique contre l’Irak. Il a réitéré sa solidarité et son soutien au peuple irakien, appelant la communauté internationale, particulièrement le Conseil de sécurité, à « assumer son entière responsabilité dans la préservation de la paix, de la sécurité et de la stabilité dans la région du Golfe, et à user de ses prérogatives dans le traitement du cas irakien ». Le Comité a exhorté, en outre, les pays islamiques et l’Organisation de la Conférence islamique à mobiliser tous les moyens politiques, diplomatiques et militaires possibles, afin d’éviter le déclenchement d’une guerre contre l’Irak, et d’intervenir à haut niveau pour imposer le respect des règles et principes de la légalité internationale. Le Comité a exhorté les peuples américain et britannique à « s’engager fermement et efficacement » dans le mouvement de contestation de l’option de guerre et à oeuvrer pour « l’abandon de cette option maudite de manière à préserver et à consolider l’amitié et la solidarité entre les peuples ».
L’allocution, lue au nom du Comité national marocain de soutien au peuple irakien, par son coordonnateur, Mohamed Lakhsassi, souligne que « la cause du peuple irakien frère traverse aujourd’hui une étape difficile qui met en péril la sécurité de l’Irak (…) et menace l’avenir de la région arabe ».
L’intervention a relevé que la guerre contre l’Irak est motivée, non seulement par le désarmement de ce pays, mais plutôt par « les enjeux politiques, économiques et stratégiques liés à l’Irak et à ses richesses ». Une pareille agression contre l’Irak, poursuit le texte, constituerait un « antécédent dangereux » qui placerait les pays arabes, la communauté internationale, et les organisations de la société civile à travers le monde devant une épreuve difficile.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *