Mémoires de résistants de Salé

Le Haut commissariat aux anciens résistants et anciens membres de l’armée de libération et le conseil provisoire des anciens résistants ont organisé, mardi à salé, une rencontre à l’occasion du 58-ème anniversaire du soulèvement du 29 Janvier 1944.
Prenant la parole, le Haut commissaire aux anciens résistants et anciens membres de l’Armée de libération, Mustapha Ktiri, a souligné la profonde signification de cet anniversaire considéré comme une étape historique décisive dans la lutte du peuple marocain, sous la conduite du trône alaouite.
L’anniversaire du soulèvement du 29 janvier 1944 reste intimement lié à la présentation, dans la même année, du Manifeste de l’indépendance, a-t-il rappelé, précisant que cette période avait été marquée par la mort de plusieurs martyrs et l’arrestation de nombreuses personnalités. Il va sans dire qu’une telle action qui vise la libération du pays du joug du colonialisme ne pourrait s’accomplir sans lutte et détermination. Al’instar de ce qui s’est passé dans d’autres pays, la résistance a commencé par la revendication politique de l’indépendance.
Mais face au mutisme et à l’arrogance des adversaires de la liberté, les solutions qui s’imposaient combinaient entre la lutte politique, sélective par sa nature et celle des masses.
Le soulèvement, déclenché à Rabat, Salé, Fès, Meknes, Azrou, Marrakech et dans d’autres villes, a connu un tournant décisif avec la participation de feu Hassan II, alors étudiant à l’Institut royal à Rabat, a rappelé M. Ktiri.
Lors de cette rencontre, le Conseil national a mis en exergue les sacrifices des martyrs du 29 Janvier 1944, morts pour l’indépendance du Maroc et indiqué que la célébration de cet anniversaire vise à faire connaître les glorieuses épopées nationales.
Par la suite, l’assistance a suivi une conférence sur le thème  » le 11 janvier…événements et significations », faite par le professeur Larbi Ouahi. A cette occasion, M. Ktiri accompagné de plusieurs anciens résistants et de Othmane Jorio, l’un des signataires du Manifeste de l’indépendance, a visité les cimetières Chouhada et Yaacoub Mansour à Rabat et de Sidi Benacher à Salé pour se recueillir sur les tombes des martyrs du 29 janvier 1944.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *