Menace pédophile sur Internet

L’Internet est un magnifique terrain de jeu pour les pédophiles. Dans cet espace virtuel, ils n’ont pas besoin de quitter leur domicile et d’aller au parc ? L’anonymat aidant, ils peuvent entretenir des contacts avec d’autres personnes ayant les mêmes perversions. Cela leur offre beaucoup d’opportunités de contacts avec des enfants, qui ne sont plus à l’abri des pervers sur la Toile. La pornographie enfantine ne prend pas seulement la forme de sites web en hausse exponentielle, de Chats-Rooms. Elle utilise tous les canaux possibles et notamment les systèmes de transmission directe de messages et musique d’ordinateur à ordinateur (Napster, Morpheus…), les téléphones portables (parfois envoyés aux enfants par les pédophiles à l’insu de leurs parents) ou les messages courts SMS. Depuis la première conférence contre l’exploitation des enfants à Stockholm en 1996, la pornographie enfantine via Internet ou assimilés a augmenté en proportion gigantesque au rythme de la progression du Net puisqu’on n’avait alors 30 millions d’internautes contre environ 500 millions maintenant. Certains pays ont fait des efforts: ainsi le Japon, très laxiste auparavant, a adopté en 1999 une loi introduisant pour la première fois des sanctions pénales pour les cas de pornographie et prostitution enfantine. La Grande-Bretagne et Interpol mettent au point un logiciel pour traquer les images numériques qui ont une signature unique pour permettre à la police de déterminer face à diverses photos, celles correspondant à un nouveau cas d’abus. En Allemagne, la police de Munich s’active autour du système Perkeo, une sorte de «robot-tueur virtuel» capable de chercher des images d’enfants sur le Net et de les détruire. Au Maroc, le Parlement a adopté l’année dernière une loi dans ce sens. Les responsables de cybercafés sont appelés à ne plus permettre l’accès aux sites pornographiques. Sur le plan technique, la lutte contre la cyber-pornographie enfantine est très difficile car les criminels savent comment s’en sortir. Ils utilisent de fausses adresses e-mail, codent leurs photos, etc. Les parents doivent recommander à leur progéniture de faire autant attention quand ils surfent sur l’Internet. Mieux encore, ils doivent leur montrer le danger que représente la navigation sur de tels sites.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *