Mères célibataires : Les six mesures urgentes d’Insaf

Mères célibataires : Les six mesures urgentes d’Insaf

L’association veut mettre fin à toutes les formes d’exclusion les concernant

Être mère célibataire n’est pas chose facile dans la société marocaine. Cette situation peut s’avérer extrême pour certaines jeunes femmes. Expulsées, avec leurs nourrissons, par leurs familles, ces jeunes femmes se retrouvent alors dans des situations d’exclusion totale et de rue. C’est pour cela que l’Association Insaf appelle toutes les parties prenantes à prendre des mesures urgentes en toute responsabilité afin de mettre fin à toutes les formes d’exclusion dont souffre cette population vulnérable. En effet, l’Association demande la mise en place de conditions qui assurent la dignité, la légalité et l’égalité pour les mères célibataires et leurs enfants. C’est ainsi que cette association qui accueille et prend en charge depuis 1999 les mères célibataires en situation de vulnérabilité extrême demande la mise en place de 6 mesures, à commencer par les tests ADN. Selon Insaf, ces tests devraient être systématiques et gratuits pour établir la filiation.

Par la suite, la mère célibataire doit être reconnue dans son statut de «chef de famille monoparentale» et avoir le droit de posséder un livret de famille. Troisièmement, l’Association demande la suppression de l’article 490 du code pénal qui sanctionne les relations sexuelles en dehors du mariage. Selon l’Association, cet article appréhende la femme comme prostituée, et l’article 489 la réprime. Cette loi peut pousser une femme à se mettre ainsi que son enfant en danger, à l’abandonner à la naissance. Autre mesure importante à prendre, celle d’intégrer l’éducation sexuelle dans les programmes éducatifs publics. Les garçons, comme les filles, doivent être sensibilisés et comprendre que tous les deux portent une responsabilité en toute équité. Autre requête de la part de l’Association, celle du droit à l’avortement qui devrait être instauré pour éviter des situations de grande souffrance et de traumatisme durable. Finalement, les documents d’identité des enfants de mères célibataires ne doivent plus être un facteur de stigmatisation. Le prénom du grand-père doit être renseigné.

Tant de mesures qui pourraient aider cette population bien réelle au niveau du Maroc. En effet, bien que la situation soit taboue au Maroc, elle n’en reste pas moins réelle. Entre 2003 et 2009, elles étaient, au niveau national, plus de 210.000 mères célibataires répertoriées au Maroc, selon une étude commanditée par Insaf en 2010. Sur cette période, 24 enfants étaient abandonnés par jour. Des chiffres qui ont été actualisés en 2015. Si la situation semble s’améliorer, elle reste critique. Au niveau de la seule région de Casablanca, l’étude toujours commanditée par Insaf estime, pour la période 2004-2014, l’existence de 44.211 enfants nés hors mariage, soit 3.366 par an. Pour la même période, l’étude révèle que 9.400 enfants ont été abandonnés dans la même région, soit en moyenne 850 cas d’abandon par an, soit presque 3 enfants par jour. Une dure réalité due à plusieurs facteurs comme l’expliquent les responsables de l’association. Parmi ces facteurs l’on trouve la vulnérabilité psychologique et affective, familiale, éducative, sociologique et économique de ces mères célibataires, sans oublier un ensemble d’exigences normatives essentiellement destinées aux femmes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *