Mesrine revu par la justice

Le 28 décembre 1936, Jacques René Mesrine est né à Clichy. Ses parents, des marchands de tissu aisés, souhaitaient le voir étudier à l’école des Hautes Études Cormmerciales. Seulement, il n’aime pas l’école et il a été expulsé. Car il était violent envers le proviseur. A son dix-neuvième printemps, il s’est marié avec Lydia de Souza. Un mariage qui n’a duré qu’une année pour qu’il part, en 1956, pour la guerre d’Algérie.
En mars 1959, il a reçu le certificat de bonne conduite à la 626è Compagnie. Le 4 novembre 1961, Mesrine s’est remarié avec Maria de la Soledad. Dans la même tranche de temps, il aura sa première condamnation : une amende de 300 francs français pour port d’arme prohibée. Et le 17 janvier 1962, il a été arrêté pour la première fois, au Neubourg, avec trois complices et il est incarcéré, pour la première fois,en mars 1962, à Evreux, puis à Orléans pour une période totale de 18 mois, pour les motifs de cambriolage et recel d’armes.
Il a été arrêté une fois encore, le 2 décembre 1965, alors qu’il dérobait des documents politiques dans la résidence du gouverneur militaire de Palma de Majorque. En octobre 1966, il a ouvert un restaurant à Santa Cruz de Tenerife aux Canaries. Seulement, deux mois plus tard, il a attaqué une bijouterie à Genève pour ouvrir, en mai 1967, une auberge à Compiègne.
Et le 15 novembre 1967, il a commi un vol à main armée dans un hôtel de Chamonix. Un mois plus tard, il n’a pas hésité à perpétrer un vol à main armée dans une maison de haute couture à Paris. Le 6 Février 68, Mesrine s’est enfui au Canada avec Jeanne. Avec ce dernier, il a enlevé, le 12 juin 1969, Georges Deslauriers. Deux semaines se sont passées et ils ont quitté le motel des Trois Soeurs à Percé et ils ont franchi la frontière des États-Unis. Le 16 Juillet de la même année, Mesrine et Jeanne sont arrêtés au Texas par la police américaine, puis extradés vers le Canada.
Seulement, ils ne sont restés à la prison de Percé qu’un mois pour s’évader. Mais ils sont repris le lendemain. En août 1969, Jeanne et Mesrine sont condamnés à 10 et 15 ans de réclusion pour enlèvement. Et le 21 août 1972, Mesrine s’évade du pénitencier de Saint-Vincent-de-Paul. Cinq jours plus tard, Jacques Mesrine et son complice Jean-Paul Mercier braquent la Caisse Populaire de Saint Bernard de Dorchester et dix minutes après, celle de Sainte-Narcisse-de-Lotbinière. Le butin était de 26 000 dollars canadiens. Le 28 août 1972, ils ont braqué la Toronto Dominion Bank à Montréal et le 31 août 1972, ils ont perpétré un deuxième braquage de la Toronto Dominion Bank à Montréal. Le 3 septembre 1972, ils attaquent le pénitencier de Saint-Vincent-de-Paul. Le10 Septembre 1972, Mesrine et Mercier tuent deux gardes forestiers près de Saint-Louis de Blandford, au Canada. Et en octobre 1972, ils braquent plusieurs banques à Montréal. Mesrine a fait escale au palace Waldorf-Astoria à New York, États-Unis. Et en octobre-novembre 1972, il a effectué un séjour à Caracas, Venezuela. En début décembre 1972, il braque à Mantes-la-Jolie la paie d’une usine et il a empoché 320 000 FF, puis d’une caissière retirant 280 000 FF dans une banque. Le 5 Mars 1973, Mesrine tire sur un policier dans un bar parisien. Et trois jours plus tard, il a été arrêté à Boulogne-Billancourt. Le 6 Juin 1973, il s’est évadé du tribunal du Palais de Justice de Compiègne pour commettre, deux semaines plus tard, le braquage de la paie de l’imprimerie Lang, rue Curial à Paris. Mesrine a effectué en juillet- août 1973 un séjour à Trouville pour effectuer, le 9 Août 1973, un braquage du Crédit Lyonnais à Paris, avenue Bosquet à Paris puis le braquage de deux banques boulevard Barbès,à Paris et ce, le 27 septembre 1973.
Le lendemain, il a été arrêté à la rue Vergniaud à Paris. Il a été condamné, le 8 mai 1977, à 20 ans de réclusion et est transféré à la prison de la Santé à Paris. Mais il s’en évade une année plus tard. Le 26 mai 1978, dix-huit jours après son évasion, il a commis le braquage mouvementé du casino de Deauville et le 30 juin 1978, il a braqué la Société Générale au Raincy.
En juillet 1978, il a effectué un séjour en Sicile, puis un autre séjour en Algérie, en août 1978 et à Londres en septembre-novembre, avec un passage à Bruxelle. Le 10 novembre 1978, il a tenté vainement l’enlèvement du juge Petit à Paris. En mai 1979, Mesrine a emménagé vers la rue Béliard, à Paris. Le 21 juin 1979, Mesrine est l’un des ravisseurs qui ont enlevé Henri Lelièvre et ont reçu une rançon de 6 millions de francs. Une fois qu’il est arrivé d’un séjour à l’étranger en septembre 1979, Mesrine a tendu un guet-apens à Jacques Tillier, journaliste à Minute, et l’a blessé par balles dans une grotte près de Creil. Le 31 octobre 1979, l’appartement de Mesrine est localisé par la police et le 2 novembre de la même année, il est abattu alors qu’il était à bord de sa voiture, atteint de 21 balles tirées par la brigade anti-gang, Porte de Clignancourt. Il a laissé derrière lui trois enfants.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *