Message de condoléances de SM le Roi à la famille de Feu Driss Benzekri

Voici la traduction de ce message :

"Louange à Dieu, que la paix et la bénédiction soient sur le prophète, sa famille et ses compagnons.
Aux membres de la famille si affectueuse à l’endroit de Notre Majesté, du défunt militant, M. Driss Benzekri, président du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme.
Que la paix, la miséricorde et les bienfaits de Dieu soient sur vous.
Nous avons appris avec grande tristesse et une profonde émotion, le décès du militant Driss Benzekri, président du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme, que le Très-Haut l’accueille dans son infinie miséricorde.
En cette circonstance si douloureuse, Nous vous exprimons, ainsi qu’à l’ensemble des camarades et amis du défunt, nos condoléances attristées, jointes à nos sincères sentiments compassionnels, suite à cette grande perte, qui répond à la volonté divine, face à laquelle, il n’y a nul recours.
Daigne le Très-Haut accueillir ce cher défunt parmi ceux qu’il a couverts de ses incommensurables bienfaits.
Sa disparition est assurément une grande perte, non seulement pour votre famille, mais aussi pour le Maroc tout entier, pour le Conseil consultatif des Droits de l’Homme tout particulièrement, instance dont Nous lui avions confié la présidence, mission qu’il a accomplie avec honnêteté et abnégation, qu’il a assumée dans la fidélité aux valeurs nationales et aux principes universels, pour le triomphe des causes justes se rapportant au respect des droits de l’Homme.
Le souvenir de ce grandissime regretté de la Nation, restera vivace dans Notre mémoire, au regard de sa remarquable contribution à l’oeuvre efficiente et historique menée à la tête de l’Instance Equité et Réconciliation, qui a été un jalon essentiel dans le processus de transition démocratique que Nous menons.
Il restera également pour Notre Majesté, ainsi que pour les générations futures, le symbole vivant de l’engagement, de l’audace et de l’altruisme.
L’engagement vis-à-vis des causes justes et des intérêts suprêmes de la Nation et des citoyens, l’engagement à se sacrifier pour que triomphent les droits et les devoirs d’une citoyenneté pleine et entière, l’audace de se mettre en ordre de bataille pour accompagner positivement les mutations que vit le Maroc, et y influer efficacement à travers les diverses instances et institutions dont il a assumé la responsabilité avec sagesse et clairvoyance.
Le courage et l’audace avec lesquels il a fait face à la maladie, en restant digne, convaincu du caractère inéluctable de la volonté divine, assumant jusqu’au bout ses fonctions, avec rigueur, optimisme et un sens élevé de la responsabilité.
Les arbres meurent en étant debout.
Il reste à présent, que la meilleure manière de se recueillir sur l’âme du regretté, consiste de toute évidence, en la poursuite des efforts conjugués de toutes les forces vives de la Nation, pour l’épanouissement des droits de l’Homme dans leurs multiples dimensions : politique, économique, sociale et culturelle, pour leur triomphe en tant qu’éducation, que culture et que pratique de tous les jours, dans le cadre de l’Etat de Droit et des institutions dont Nous poursuivons l’oeuvre de consolidation sur des bases saines, représentées par une citoyenneté engagée dans son double volet des droits et des obligations de chacun.
En partageant votre tristesse en cette douloureuse circonstance, Nous vous affirmons que la grande estime et la sollicitude particulière que Nous nourrissons pour le défunt, n’ont d’égal que notre souci de maintenir cette même sollicitude et cette même estime à sa famille qui a offert à la Nation un si grand militant, un responsable engagé, sincère et fidèle.
Puisse le Très-Haut entourer ce grand disparu de son infinie miséricorde.
Puisse-t-il l’accueillir dans son paradis, le rétribuer amplement pour les nobles services qu’il a rendus à cette chère partie, et vous accorder patience et réconfort.
Avec Nos condoléances attristées, Notre sincère compassion et Notre Haute sollicitude.
«  O toi ! âme apaisée, retourne vers ton Seigneur, satisfaite et agréée, entre donc avec mes serviteurs, entre dans mon paradis » (Coran).
«  Annonce la bonne nouvelle à ceux qui sont patients, à ceux qui disent, lorsqu’un malheur les atteint, nous sommes à Dieu et à Lui nous retournons » (Coran) ".

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *