Mieux protéger les enfants

Le travail des enfants dans l’artisanat au Maroc est un phénomène très ancien. Dans le temps, le travail à cet âge était considéré comme une phase de préparation des jeunes générations pour affronter l’avenir et apprendre un métier. La scolarisation est reléguée au second plan. Mais, avec l’évolution de la société et des droits de l’enfant, aujourd’hui il est inadmissible de voir encore des enfants en bas âge dans l’obligation d’effectuer des tâches difficiles et dans des conditions qui laissent à désirer en vue de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles.
Ces dernières années, des voix des différentes composantes, de la société civile, se sont élevées pour éradiquer ce fléau et améliorer, par ailleurs, les conditions de la relève de demain. Dans ce cadre, une campagne de sensibilisation sur l’éradication du travail des enfants dans le secteur de l’artisanat a été lancée mercredi dernier à Fès en présence d’artisans et de représentants de l’UNICEF, des services extérieurs, des ONG et d’universitaires.
Cette manifestation de trois jours, initiée par l’UNICEF en collaboration avec le ministère de l’Economie sociale, des PME et de l’Artisanat et la wilaya de Fès, est destinée aux artisans oeuvrant dans les secteurs de poterie, zellige, dinanderie, cordonnerie et tapisserie.
Lors de la cérémonie de lancement de cette manifestation, les interventions ont été focalisées sur les causes qui sont derrière le phénomène qui prend de plus en plus de l’ampleur notamment dans le secteur de l’artisanat, évoquant le plan d’action mis en place, il y a deux ans, pour l’amélioration des conditions de travail des enfants dans ce secteur à Fès. Ce programme, souligne le délégué de l’artisanat à Fès, Abderrahim Tauwgui, a permis la création de sept centres d’éducation et d’espaces de loisirs au profit d’enfants au travail au sein même des coopératives. Ces espaces, a-t-il expliqué, offrent aux enfants travaillant dans l’artisanat des services destinés à limiter les effets de ces activités sur leur développement et à leur assurer une formation, une protection médicale, une éducation scolaire non formelle et des activités récréatives. De son côté, Mme Rajae Berrada, une représentante de l’UNICEF, a souligné l’importance du respect des droits de l’homme et ceux de l’enfant en particulier, exaltant les efforts déployés par le gouvernement marocain en faveur de la généralisation de la scolarisation des enfants.
Pour sa part, le Dr Ouadie Kandoussi, chef du programme pour la prévention et l’éradication du travail des enfants dans le secteur de l’artisanat, a passé en revue les différentes actions entreprises dans le cadre de ce projet pour l’amélioration de la situation des enfants travaillant à Fès.
S’agissant de la stratégie du programme 2002-2006, le Dr Kandoussi a signalé qu’elle constituera une continuation du plan d’action déjà entamé et portera sur la création de nouveaux centres de protection des enfants travaillant dans le secteur de l’artisanat. Il faut dire que cette initiative permettra d’alléger les souffrances des enfants condamnés à travailler, parfois, dans des conditions inhumaines, dans la perspective de l’éradication du phénomène. Car l’enfant, relève de demain, devrait avant tout avoir une place à l’école.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *