Migration : Le Maroc a réduit de 95% les flux irréguliers

Migration : Le Maroc a réduit de 95% les flux irréguliers

Les changements climatiques et la politique migratoire du Maroc ont marqué la rencontre tenue entre Mbarka Bouaida et les eurodéputés mardi à la Commission des affaires étrangères du Parlement européen à Bruxelles. Cette réunion a pour thème «La coopération de l’Union avec les pays tiers : ambitions et résultats à l’issue du sommet de La Valette sur la migration (11 et 12 novembre 2015)».

La migration n’est pas une source de problèmes

La ministre déléguée a présenté la politique migratoire du Maroc. Dans ce sens, il a été question de mettre l’accent sur l’approche du Maroc en matière d’intégration des migrants. A cet égard, la ministre a tenu à rappeler que le Maroc a procédé à la régularisation d’un nombre considérable de réfugiés et de migrants.

Dans son plaidoyer, Mme Bouaida a souligné que la politique du Maroc rentre dans le cadre d’une approche solidaire et de responsabilité. La ministre a mis en avant la vision du Maroc à ce sujet. Ainsi, elle a souligné que le Royaume voit la migration comme un potentiel et non une source de problèmes. Elle a également mis l’accent sur les droits accordés aux migrants, à savoir l’intégration dans le marché de l’emploi pour accéder au logement et à la couverture médicale.

La question de la migration à la COP22

Les changements climatiques contraignent chaque année dans le monde des millions de personnes à quitter leur lieu de résidence. De même, les migrations dues aux changements climatiques ne cessent de prendre de l’ampleur. La question se pose avec acuité à quelques semaines de la COP22. Mme Bouaida a tenu à rappeler que cette question sera intégrée parmi les thèmes de cet événement. Lors des travaux de la Commission des affaires étrangères du Parlement européen, la ministre déléguée a ajouté que cette question sera également traitée lors du Forum mondial de la migration que le Maroc organisera conjointement avec l’Allemagne en 2017-2018.

La ministre a également souligné que la stratégie nationale de migration initiée par le Maroc depuis 2006 a permis la réduction de plus de 95% du flux de la migration irrégulière et de lancer «une réflexion globale sur ce sujet, notamment l’immigration légale» rappelant que cela fait partie du processus de Rabat. 

Leila Ouchagour

Journaliste stagiaire

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *