Mission française : Haro sur l’augmentation des frais de scolarité !

Mission française : Haro sur l’augmentation des frais de scolarité !

La réaction de ces parents fait référence à une augmentation des frais de scolarité qui a atteint les 23% entre les années 2013 et 2017. En chiffres, elle correspond à une augmentation de 10.000,00 DH en 5 ans.

Un communiqué de presse signé par le Collectif parents indignés vient d’être diffusé aux principaux journaux nationaux. «Les parents d’élèves du lycée français international Louis Massignon disent «non» aux abus et le font savoir aux différentes parties prenantes, en organisant un second sit-in le 26 juin, sur le site du lycée français international Louis Massignon à Bouskoura», lit-on sur ledit document.

Pour rappel, la décision d’organiser un second sit-in intervient après une réaction de l’administration qui refuse, selon ce collectif, «d’entendre la voix de la raison»… A travers ce collectif, les parents réfutent l’augmentation non maîtrisée des frais de scolarité et des droits d’entrée concernant la fratrie. Dans la foulée, ils rappellent que le projet pédagogique numérique n’a pas été non plus maîtrisé ni discuté avec les parties prenantes. Ce groupe de parents appelle donc à une communication équilibrée et transparente avec la direction du groupe scolaire.

La réaction de ces parents fait référence à une augmentation des frais de scolarité qui a atteint les 23% entre les années 2013 et 2017. En chiffres, elle correspond à une augmentation de 10.000,00 DH en 5 ans. Selon le communiqué envoyé par le collectif, les frais de la rentrée prochaine augmenteraient de 25 % pour l’accès en Petite Section et de 60% pour les autres niveaux.

Le groupe est donc unanime à dire que «cette hyperinflation des droits de scolarité ne reflète aucune logique financière, économique ou même pédagogique et est contraire à l’esprit et à la charte de l’OSUI, une association à but non lucratif».

Face à cette spirale d’augmentations non justifiées, le collectif des parents indignés refuse catégoriquement toute augmentation des frais de scolarité et des droits de première entrée. Le sit-in portera essentiellement sur trois revendications, à savoir le gel des augmentations pendant les trois prochaines années, une visibilité sur l’évolution éventuelle des frais et droits d’entrée sur le moyen et long termes (5 à 10 prochaines années) et une communication transparente et préalable à toute décision de révision des tarifs.

Concernant le projet numérique jugé par ce collectif «non maîtrisé» et «non concerté», les parents concernés rappellent que «la réflexion autour du projet numérique a été lancée en 2016 et une classe pilote a été mise en place au titre de l’année scolaire 2017/2018».

Selon eux, «la décision de généralisation intervient alors que le projet demeure en phase d’expérimentation et sans aucune démarche de concertation avec les parents. Les résultats de cette expérience n’ont, à ce jour, toujours pas été partagés, ni avec les parents ni avec le corps enseignant».

La décision de généralisation du numérique souffrirait, selon toujours la même source, de plusieurs insuffisances liées principalement à une approche pédagogique opaque… 

Face à cet ensemble de revendications, l’administration continue à adopter une approche de prise de décisions unilatérale, mettant en rogne les parents se sentant pris en otage ! A suivre…

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *