Mohamed Atlassi : «Les préliminaires préparent le corps à plus d’intimité»

Mohamed Atlassi : «Les préliminaires préparent le corps à plus d’intimité»


ALM : Comment définir les préliminaires ?
Dr Mohamed Atlassi : Les préliminaires sont fonction du milieu culturel, éducationnel, religieux et socio-économique. Les poètes ne s’y sont pas trompés. Même la science le confirme: notre première drogue, la plus naturelle et la plus innée c’est l’amour, avec son pouvoir magnifique et son envers toxique. Les recherches neurobiologiques ont permis d’établir que l’amour, celui qu’on fait, mais aussi celui qu’on éprouve, modifie biologiquement nos organismes. Car quand on aime, on produit des substances euphorisantes qui activent le circuit naturel du plaisir et nous donnent envie d’aimer encore et de ressentir encore plus de plaisir. Pour arriver à cet état, le rôle des préliminaires est primordial, ce sont tous ces faits et gestes (un échange d’un regard tendre et complice entre les partenaires, une invitation à un dîner intime, une caresse, un baiser, etc.) qui vont être à l’origine de la tension sexuelle des partenaires. Ces gestes sont effectués avant l’acte sexuel, ils éveillent le désir et préparent le corps à plus d’intimité.

Quel est le rôle des préliminaires dans le rapport homme/femme au sein du couple ?
Les préliminaires sont le moment essentiel pour échapper aux préoccupations quotidiennes, créer des moments de tendresse, de complicité et d’affection mutuelle entre les deux partenaires. Ils sont le prélude à la sensualité et au plaisir. Ainsi, Ils ont pour rôle de faire émerger la tension sexuelle qui est soumise à une double activation. Une activation physiologique qui est une excitation dévolue aux préliminaires entraînant une décharge physiologique (dopamine et testostérone). Ce qui fait naître chez l’homme une érection et chez la femme une lubrification. Quant à l’activation émotionnelle, elle se manifeste à travers le plaisir, l’extase et la satisfaction qui se traduit par un apaisement physiologique et intellectuel.

Est-ce que les préliminaires sont indispensables avant de passer à l’acte amoureux ?
Le plaisir est une vague de sensations et d’émotions. Qu’il soit non accompagné ou suivi d’attachement, il est soumis à d’infinies modulations dans son intensité, ainsi qu’à la propre histoire du plaisir du partenaire. C’est une invention perpétuelle, un jeu à deux qui résulte de la connaissance mutuelle des deux corps. Il commence avec le baiser et la stimulation des lèvres, lesquels renvoient au plaisir archaïque de la succion. C’est en stimulant les zones de plaisir que l’on crée leur fonctionnalité dans le cerveau. D’ailleurs, plusieurs capteurs de plaisir sont situés dans la bouche, sur les lèvres et la langue. Mais aussi on en retrouve sur tout le corps. Les femmes sont mieux pourvues de zones érogènes et les séances buccales ouvrent souvent «l’appétit sexuel». Quand les organes sexuels sont caressés avec les mains et/ou la bouche, le pénis devient tumescent. De même, lorsque le vagin est effleuré ou pénétré, l’émotion laisse place à un déferlement de sensations qui submergent le corps.  Ainsi, l’érection masculine est la plus visible manifestation du désir et la lubrification féminine est un témoin du désir et une promesse du plaisir. Les corps des deux partenaires deviennent hypersensibles et les pensées vibrent à l’unisson. La montée du plaisir s’accompagne de manifestations secondaires, telles que rougeurs, palpitations, sudations et manifestations sonores du plaisir.

Quelle est la durée à consacrer aux préliminaires?
Il est conseillé d’attendre dix à vingt minutes avant de passer à l’acte pour que le désir féminin puisse atteindre son apogée. Les choses peuvent aller beaucoup plus vite et aussi plus lentement jusqu’à quelques heures pour les plus patients ou les plus raffinés. Le moment idéal est variable selon les individus comme selon les circonstances et au sein d’un couple, il est rare qu’on fasse l’amour selon les mêmes modalités.

Existe-t-il un mode d’emploi pour réussir ces préliminaires?
La conduite sexuelle est un apprentissage permanent. L’érotisme est basé sur le pouvoir inventif et créateur, il nécessite un savoir-être et savoir-faire. Et à vrai dire, il n’y a pas de règles, chaque couple fonctionne selon son propre rythme.

En dehors du rapport sexuel, est-ce qu’on peut parler de préliminaires?
L’homme est la seule espèce animale qui fait l’amour hors phase de reproduction, sans aucune nécessité, par plaisir et par amour. Bien au-delà du champ sexuel, la prime au plaisir a des effets positifs. On commence à apprendre à faire plaisir, et on en éprouve en retour. L’homme est un être bio-psycho-social. Un enchevêtrement des trois dimensions préside à tous ses comportements. Et la part biologique n’est pas la plus déterminante dans la phase de séduction. Par ailleurs, le succès d’une rencontre va surtout dépendre de facteurs psychiques et sociaux. Ces derniers sont intimement tributaires des préliminaires.

Que se passe-t-il lorsque le rapport se fait sans préliminaires?
Ne plus rêver de l’autre permet aussi de rêver d’autre chose. Dans l’existence, on aspire généralement à suffisamment de paix et de stabilité affective pour nous laisser le temps de mener à bien un certain nombre d’objectifs intellectuels, sociaux, artistiques, etc. Passer du rêve à la réalité, c’est pouvoir donner de l’ampleur à toutes les dimensions de son humanité. Dire «je t’aime» dans une relation d’attachement n’est pas seulement s’engager vis-à-vis de l’autre, mais aussi, plus profondément, sur le chemin de la vie, à ses côtés. Et cela peut durer toute la vie !


Les préliminaires dans le Kamasutra
Pour élever progressivement le désir et l’excitation, il faut absolument prendre le temps de faire les caresses. Les jeux sensuels, préliminaires à l’acte sexuel, ont pour rôle d’éveiller et d’accentuer progressivement l’excitation sexuelle. Ces jeux, faits de baisers doux, aux caresses les plus voluptueuses, font tressaillir les amants de plaisir et leur font davantage apprécier l’acte sexuel. A cet égard, le Kamasutra (le livre indien de l’amour) distingue plusieurs types de baisers, selon les différentes parties du corps sur lesquelles il est donné. Ainsi on peut citer :
• Le baiser touchant : ce type de baiser est empreint de tendresse, il est donc échangé entre partenaires. Selon le Kamasutra, la jeune fille lèche la lèvre de son partenaire avec la langue, et, fermant les yeux, met ses mains dans celles de son partenaire.
• Le baiser pressé : lorsque la lèvre inférieure du partenaire est pressée avec force. Ce baiser est symbole de désir ardent.
• Le baiser palpitant : lorsqu’une femme qui reçoit un baiser pressé fait bouger sa lèvre inférieure, comme pour se faire désirer davantage.
• Le baiser appuyé : durant lequel l’un des amants soutient délicatement la lèvre inférieure de son partenaire avec les doigts, puis rapproche la bouche jusqu’à établir le contact avec la sienne, et ensuite la serre fermement contre ses lèvres.  Le contact entre la lèvre et la peau de l’amant peut occasionner différentes sensations.
• Le baiser incliné : C’est l’une des façons les plus naturelles de s’embrasser mais aussi une des plus agréables. Ce baiser permet un contact direct et intense des lèvres des deux amants, en plus du contact des langues qui peut être une excitante démonstration de désir.
• Le baiser tordu : C’est très important pour les préliminaires. Le baiser tordu, sert également comme marque de profonde tendresse et douceur. L’un des compagnons soutient délicatement le menton de l’autre tout en levant son visage et en rapprochant les lèvres de son amant vers les siennes.
• Une variante à ce baiser est envisageable : alors qu’avec une main l’un des compagnons établit le contact des deux bouches, il utilise sa deuxième main pour caresser les parties génitales de son/sa partenaire et donc lui procurer deux fois plus de plaisir.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *