Mohamed Maidine : «Le corps est le siège du désir et du plaisir partagé»

Mohamed Maidine : «Le corps est le siège du désir et du plaisir partagé»


ALM : Comment peut-on dépasser le poids du tabou pour découvrir l’autre?
Mohamed Maidine : L’ouverture sur l’autre dépend de plusieurs facteurs ethniques, sociaux et culturels. Il y a un processus de maturation d’ouverture sur l’autre depuis la naissance jusqu’à l’âge adulte. Pour qu’il est une ouverture physique, il faut que les deux individus soient bien définis sur tous les plans.

Comment réussir cette démarche ?
Pour dépasser ce tabou, il faut avoir l’envie de l’ouverture sur l’autre. Mais, il faut choisir le temps convenable pour cette ouverture. Quand ? Comment? Où ? Et pourquoi ? Qu’est-ce qu’on attend de cette ouverture? Il y a trois étapes: la reconnaissance de l’autre sur le plan culturel vu sa complexité. Cette reconnaissance va permettre le rapprochement suite à l’échange entre deux individus : reconnaissance d’appartenance culturelle et la résolution progressive des réactions de défenses. Il y a aussi le pouvoir exitatoire des massages sensoriels visuels, contact verbal et physique. Enfin les facteurs environnementaux, tels que : la sécurité et l’isolement dans le cas du couple par exemple.

Comment chaque partie dans un couple doit-elle gérer son corps et celui du conjoint?
Le corps de l’un et de l’autre est le siège du désir et du plaisir partagé. Le corps de l’un et de l’autre subit le changement dû à la vie conjugale: la maladie, le vieillissement, la grossesse. Ce changement implique une gestion instantanée du corps. C’est à la suite d’une vie intime qu’on découvre l’autre, son corps aussi. Beaucoup de désir et de plaisir naissent en explorant le corps de l’autre. W.h. Masters et V.e. Johnson, deux sexologues américains, et bien d’autres dans le monde, ont beaucoup insisté sur les massages et les exercices de sensualités dans les couples qui ont des troubles du désir pour découvrir le corps de l’autre.

Comment peut-on avoir une sexualité épanouie ?
La bonne découverte du corps de l’autre permet le plaisir charnel. Quant on voit des couples de longue durée, il y a certainement une connaissance approfondie du corps de l’autre. On dit «Tkhouina» :  on est devenus comme frère et sœur. Pour explorer le corps, on doit utiliser les cinq sens : la vision et le regard des hommes sont attirés par la silhouette du bassin, les femmes par les épaules, la voix de l’un et de l’autre : grave pour les hommes, aiguë pour les femmes. On dit que l’homme s’attrape par sa queue et la femme s’attrape par ses oreilles. Le toucher : des cheveux et de la peau. Il y a aussi l’odorat : corporel. Les couples doivent soigner leur hygiène et mettre du parfum que leurs conjoints aiment sentir. En général, on dit que la bouche est le premier organe sexuel. Par le goût, on peut savourer le corps de l’autre. Le corps de l’un et de l’autre dans un couple épanoui est une source de plaisir et de désir. Au fait, explorer c’est tout simplement donné accès au plaisir charnel.


Apprendre à connaître son corps et les zones érogènes de son partenaire

Une zone érogène est très sensible aux caresses car elle contient de nombreux capteurs sensoriels. Pincements, léchage, massages, chatouillements, câlins, baisers, soufflements participent aux caresses
qui peuvent exciter ces zones particulièrement sensibles.

     Chez la femme :
• Les seins : Les seins sont très érogènes. Les baisers des mamelons (tétons) provoquent une grande excitation. Les caresses des seins entraînent un durcissement des mamelons très agréables pour la majorité des femmes. La taille de la poitrine n’influe pas sur l’intensité du plaisir.
• Les aisselles  : La peau des aisselles est douce et très sensible aux caresse.
• Les lèvres, le lobe des oreilles, le ventre, le nombril, les fesses, le creux du genou, les cuisses, les chevilles, les pieds et les orteils. Chatouiller la plante des pieds ou sucer les orteils peut provoquer beaucoup de plaisir.
• Le cou est une partie très sensible .
• Les cheveux.
• Les fesses.

      Chez l’homme :
L’homme est très sensible aux stimulations sexuelles centrées sur les organes génitaux, autour de son pénis.
• Le sexe de l’homme demeure la zone la plus érogène.
• Le gland est l’endroit le plus riche en capteurs sensoriels et donc le plus réactif au plaisir.
• Les testicules et la tige du pénis, l’arrière des bourses et la zone autour de l’anus sont des zones très excitables.
• Les lèvres sont des zones érogènes qui aiment être embrassées, léchées ou mordillées.
• Le torse.
• Les lobes des oreilles.
• Les fesses, l’anus.
• Les mamelons.
•  Les pieds : pincez le gros orteil, mordre, chaque orteil, l’un après l’autre.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *