Mohamed Mansouri : «Nous allons porter l’affaire devant la justice»

Mohamed Mansouri : «Nous allons porter l’affaire devant la justice»

ALM : Vous accusez le président du MP, Mahjoubi Aherdane, de gérer le parti de manière "unilatérale". Quels arguments pourriez-vous avancer pour justifier cette accusation ?
Mohamed Mansouri : Lors du congrès de fusion des trois mouvances harakies (MNP, MP et UD), il a été décidé de gérer le parti de manière collégiale. Or, c’est l’inverse qui s’est produit. Il s’est avéré que l’on n’a malheureusement pas rompu avec la mentalité du "grand leader". On se rend compte aujourd’hui que le réel dirigeant n’est pas comme le veut l’usage le secrétaire général d’un parti politique, tant s’en faut. Le pouvoir réel se trouve entre les mains de M. Aherdane, dont les prérogatives ne devraient pas aller au-delà de la présidence honorifique. Ce renversement des rôles a causé beaucoup de dégâts au parti, ils se sont aggravés lors du dernier processus électoral. Beaucoup d’irrégularités ont marqué l’octroi des accréditations, l’établissement de la liste nationale, le choix des cadres MP ministrables … M. Aherdane a privé plusieurs femmes compétentes du droit de s’inscrire sur la liste nationale. Il a, par ailleurs, mis un point d’honneur à imposer le nom de son fils sur la liste des ministrables … Bref, les règles démocratiques n’ont pas été respectées.

Quelles mesures comptez-vous prendre pour faire contester cette situation ?
Nous venons de créer un comité élargi pour instaurer des règles qui vont dans le sens de la bonne gouvernance. Je précise que ce comité n’est pas un mouvement de scission, son objectif étant le respect des règles démocratiques ni plus ni moins. Pour parvenir à cet objectif, nous sommes prêts à nous battre. Nous comptons saisir, d’abord, les ministères de tutelle (Intérieur et Justice), dans l’espoir d’obtenir une enquête sur les violations par les dirigeants MP de la Loi sur les partis politiques, notamment en ce qui concerne l’attribution des accréditations, l’établissement de la liste des ministrables et les raisons derrière le basculement du parti dans le giron de l’opposition. Au-delà des autorités, nous comptons tenir plusieurs rencontres médiatiques afin d’éclairer l’opinion publique sur la crise réelle que traverse le parti sur le plan aussi bien politique qu’organisationnel.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *