Mohamed Saleh Bennouna : «Prendre soin de son dos est un travail de tous les jours»

Mohamed Saleh Bennouna : «Prendre soin de son dos est un travail de tous les jours»

ALM : Quelles sont les causes du mal de dos ?
Saleh Bennouna : Couramment, le terme de «mal de dos» est assimilé à celui de douleurs lombaires ou lombalgies. En fait, le dos est une région qui fait suite à la nuque et s’étend jusqu’au bassin. Seul le «bas du dos» correspond au segment lombaire de la colonne vertébrale. Le mal de dos n’est pas une maladie en soi, muscles, vertèbres, disques, ligaments, nerfs, tout cela intrique. Cela peut être une simple contracture due aussi bien à un faux mouvement qu’à un très léger déplacement d’un disque entre deux vertèbres, qu’un lumbago (blocage douloureux au niveau des dernières vertèbres), une sciatique, une hernie discale (saillie du disque cartilagineux situé entre deux vertèbres), ou encore une poussée d’arthrose (vieillissement des articulations qui peut entraîner des déformations osseuses). Parfois, le mal de dos révèle une infection, un rhumatisme inflammatoire (comme la spondylarthrite ankylosante) ou une tumeur. En fait, il existe une multitude de causes organiques ou fonctionnelles auxquelles il faut ajouter un seuil de tolérance à la douleur propre à chacun. Par ailleurs, contrairement à une idée reçue, cette souffrance du dos n’est pas une «maladie de vieux». Elle s’adresse aussi à des enfants puisque dès le plus jeune âge, nous sommes confrontés à des situations néfastes pour notre colonne vertébrale.

Y a-t-il des statistiques nationales mesurant l’ampleur des pathologies du dos ?
Non. Le mal de dos est devenu un des grands maux de notre époque puisque environ quatre personnes sur cinq se plaignent de douleurs dans le dos, à un moment quelconque de leur vie. L’incidence du mal de dos est en constante augmentation ces dernières années dans les pays industrialisés, ce qui pose, à l’évidence, un problème de santé publique majeur (journées de travail perdues, coûts d’indemnisation destinés aux maladies du dos).

Quels sont les symptômes du mal du dos ?
Le maître symptôme du mal de dos est la douleur. Il est essentiel de déterminer l’origine mécanique ou inflammatoire des douleurs vertébrales. Les douleurs mécaniques sont déclenchées par certaines positions (station debout, position assise prolongée, certaines activités tels que port de charges, marche) et calmées par le repos dans une position confortable. C’est le cas des lombalgies en rapport avec un pincement ou hernie discale, une arthrose, etc. Les douleurs inflammatoires sont peu influencées par les positions et les activités. Elles sont même davantage aggravées par le repos. Dans ce cas, il peut s’agir de rhumatisme inflammatoire, d’infection, d’ostéoporose, etc.

Quels sont les différents traitements prescrits ?
Le traitement du mal de dos est avant tout un traitement médical. La prise en charge du mal de dos associe les médicaments, parfois les infiltrations, le port d’un corset, les exercices physiques et la rééducation sans oublier l’ostéopathie et la médecine manuelle.
Le repos et l’alitement forcé n’est plus d’actualité dans les consensus actuels. Le maintien des activités possibles et non douloureuses est même préconisé. A l’opposé, les interventions chirurgicales ne doivent être pratiquées que si plusieurs conditions sont réunies : l’échec de toutes les tentatives médicales bien conduites, la présence d’une hernie discale et la persistance d’une douleur et de signes d’irritation des racines nerveuses dans un délai supérieur de 2 à 3 mois. On a recours au traitement chirurgical exceptionnellement en urgence quand il existe des signes neurologiques graves (paralysie nette des muscles commandés par le nerf comprimé, troubles urinaires ou de la continence anale secondaire à un mauvais contrôle des sphincters)

Quels sont les facteurs supplémentaires favorisant la survenue du mal de dos ?
Parmi les facteurs favorisant la survenue du mal de dos, on trouve la surcharge pondérale ou obésité, les traumatismes physiques répétés, les mauvaises postures provoquées par les mauvaises habitudes qui débutent bien souvent à l’école, le manque d’exercices physiques sans oublier le stress psychologique qui augmente les contractures musculaires du corps aussi bien pour la région lombaire que pour celle du cou. En réalité, le stress en lui-même ne provoque pas la douleur vertébrale, mais révèle une condition préexistante.

Comment prévenir le mal du dos ?
Une bonne nutrition et une perte de l’excès pondéral sont des facteurs importants dans la prévention du mal de dos. Au travail et à la maison, il ne faut pas oublier la bonne mécanique corporelle avant d’entreprendre une tâche pour réduire l’effort à fournir pour le dos : il faut adapter le matériel lors de son utilisation, changer la manière de travailler, changer de position en particulier en évitant les flexions répétées du dos. Il faut essayer d’équilibrer le dos lors de transport d’objets (l’idéal est d’utiliser un chariot), arrêter l’activité quelques minutes afin de détendre et d’étirer le dos. Le choix des activités sportives doit se faire en fonction de nos capacités physiques, de notre endurance et de notre degré d’entraînement. Il faut pratiquer en particulier une activité sportive symétrique : marche, natation (dos crawlé). Enfin pour le repos, il faut choisir un matelas confortable et adapté, c’est-à-dire ferme avec un sommier rigide. En conclusion, prendre soin de son dos est un travail de tous les jours. Un exercice physique régulier, une bonne hygiène de vie instaurée dès le jeune âge et maintenue à l’âge adulte sont des moyens utiles de prévention.


 Les différents types de douleurs au dos
•  La lombalgie : Il s’agit d’une douleur basse du dos située dans la région ayant pour axe les 5 vertèbres lombaires. Il existe 2 grands types de lombalgie : la lombalgie mécanique et la lombalgie inflammatoire. Les lombalgies mécaniques ont souvent comme point de départ une atteinte des disques intervertébraux ou de l’arthrose au niveau des vertèbres. Ce type de lombalgie est déclenchée par une mauvaise posture, un faux mouvement ou des petits traumatismes (port d’une charge lourde, long trajet en voiture…). La lombalgie inflammatoire est souvent nocturne, elle n’est pas calmée par le repos. Le matin, il existe une raideur de la zone douloureuse nécessitant un «dérouillage» d’environ 30 minutes.
• La dorsalgie :  La dorsalgie correspond à une douleur bien précise de la partie haute du dos. Elle est située dans l’axe de l’une ou plusieurs des 12 vertèbres dorsales. Les causes de dorsalgies sont nombreuses : dégénératives liées au vieillissement comme l’arthrose, mécaniques liées à une mauvaise posture, les causes inflammatoires liées à certaines pathologies comme la spondylarthrite ankylosante,les causes traumatiques liées à un choc (pouvant être responsable d’une fracture vertébrale).
• La sciatique : La sciatique est une douleur lombaire qui irradie le long du trajet du nerf sciatique. Le nerf sciatique descend derrière la cuisse. À l’arrière du genou, le nerf sciatique descend soit derrière la jambe soit sur la face externe de la jambe puis passe sur le devant du pied. La sciatique est une douleur intense qui part de région basse du dos ou de la fesse, passe à l’arrière de la cuisse, le mollet et le pied. La sciatique, est due à une irritation du nerf sciatique. Le plus souvent, cette irritation fait suite à une compression du nerf sciatique par une hernie discale.
• La hernie discale :  Quand le poids du corps est trop important ou que les mouvements de la colonne sont inappropriés ou trop répétitifs, les pressions qui agissent sur le disque intervertébral deviennent trop élevées. Le disque s’affaiblit, se fissure, se déforme ou se rompt et peut alors sortir de son enveloppe fibreuse pour former une hernie. Le noyau du disque est tellement comprimé qu’il presse, déchire et traverse l’anneau fibreux qui l’entoure. Le noyau fait alors saillie dans le canal rachidien où loge la moelle épinière. La source majeure est la détérioration progressive du disque à cause de son vieillissement ou de certains traumatismes.
• Le lumbago : Il s’agit d’une contracture aiguë qui se manifeste brusquement dans le bas du dos, au niveau des lombaires. Les contractures sont des contractions durables et douloureuses. Un craquement du dos peut se faire entendre au moment du blocage. Le lumbago apparaît le plus souvent après un faux mouvement ou un petit traumatisme. Un faux mouvement ou un effort brusque peut causer un lumbago.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *