Mortels coups de tesson

Lahcen est libéré après avoir purgé une peine d’emprisonnement de deux ans fermes pour trafic de drogue, coups et blessures. Âgé de 28 ans, il n’a jamais mis ses pieds à l’école. À l’instar de ses frères et soeurs, il est resté à son douar, situé dans les régions d’Agadir à aider ses parents dans l’agriculture. Dès l’âge de l’adolescence, il a commencé à rêver d’aller ailleurs pour gagner sa vie. Il ne voulait plus rester au douar. Son voisin, Mokhtar, qui dispose d’un commerce à Al Âttaouia, province de Kelaât Sraghna, l’a encouragé à réaliser son rêve. Lahcen a accompagné son voisin et a commencé à l’aider dans son commerce. Au fil des jours, Lahcen est arrivé à se faire des amis et à découvrir l’autre face de la vie, celle des nuits blanches avec les prostituées et les boissons alcoolisées au point que Mokhtar ne voulut plus de lui. Il l’a pourchassé. Lahcen a aussitôt regagné Casablanca pour trouver quelques amis d’Al Âttaouia. Ces derniers l’ont aidé à se familiariser avec la métropole et à s’adonner au trafic de drogue. Et par conséquent, il a entamé un nouveau parcours qui va lui coûter deux ans de prison ferme. Quand il a été relâché, jeudi 17 juillet, Lahcen n’a pas pensé aller chez ses parents pour leur rendre visite. Il s’est souvenu de ses amis à Al Âttaouia, qu’il a rejoint le même jour. Il s’est acheminé au départ chez Omar, un ami intime, avec lequel il a passé de bons moments. Après les embrassades, ils ont décidé de rendre visite à Kamal, 24 ans. Une fois chez lui, ils se sont mis d’accord pour passer une belle nuit où l’alcool et les filles de joie seraient à disponibilité. Vers 22h, ils ont ouvert les premières bouteilles de vin rouge. Les trois amis et les trois filles de joie rigolaient en s’enivrant. Et d’un moment à l’autre, l’un des trois couples n’hésitait pas d’aller à l’autre chambre de la demeure de Kamal pour faire l’amour. Lahcen était très content et plein de joie au point qu’il a oublié les deux années passées derrière les murs de la prison. Seulement, les comportements de son ami, Kamal, ont commencé à le déranger. En effet, ce dernier a manifesté son intention de profiter des trois filles de joie. Chose que Lahcen a refusée catégoriquement et l’a incité à faire des reproches sans hésitation à Kamal. « Ce sont des filles de joies qui servent à satisfaire le désir de tout le monde », explique ce dernier à Lahcen qui ne contenait plus ses nerfs. Hors de lui, il a commencé à l’insulter. Impatiemment, Kamal a avancé vers lui et lui a asséné un coup de main sur la bouche et un autre au ventre. Lahcen a glissé pour tomber par terre. Il s’est relevé par la suite en tentant de frapper Kamal. Omar et les trois filles de joie sont intervenus pour empêcher les protagonistes de passer à l’irréparable. Mais en vain. Lahcen a saisi une bouteille de vin rouge, à moitié vide, l’a brisée contre le mur pour garder le tesson à sa main. Il a avancé vers Kamal. Quand Omar et les filles de joie ont tenté d’intervenir, il les a menacés et il a avancé vers Kamal, qui recule en tremblant. Sans lui laisser le temps de s’enfuir, il l’a lardé de coups de tesson. Kamal est tombé en criant. À ce moment, Lahcen est resté bouche-bée devant Omar et les filles de joie avant de s’acheminer vers la porte et disparaître. Perturbé, Omar soutenu par les trois prostituées, a tiré le corps de Kamal, encore en vie, vers la rue. Il l’a jeté sans attirer l’attention. Aussitôt les trois filles de joie se sont rendues chez elles et Lahcen a regagné Casablanca pour y passer quelques jours avant d’aller chez ses parents. Quant à Omar, il a pris le chemin à destination du Centre de la gendarmerie d’Al Âttaouia pour alerter les gendarmes d’avoir découvert un cadavre, jeté à la rue. Leur mettant la puce à l’oreille ces derniers le martèlent de questions jusqu’à ce qu’il finisse par leur raconter l’histoire.Retournant à Al Âttaouia pour prendre des nouvelles de Kamal, Lahcen s’est étonné d’avoir trouvé les gendarmes en train de l’attendre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *