Mourad Wahba, un égyptien à la tête du PNUD

Mourad Wahba, un égyptien à la tête du PNUD

Mourad Wahba est le nouveau représentant résident du PNUD et coordonnateur du Système des Nations Unies au Maroc. Il a présenté, le mercredi 17 mai, à Rabat, sa lettre d’accréditation à Mohamed Benaïssa, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération. Ce diplomate égyptien connaît les rouages de cette organisation, puisqu’il y occupe de hautes fonctions depuis 1993. Ce sont 13 années d’expérience qui viennent d’être couronnées par une désignation à la tête d’une représentation onusienne.
Ce docteur en philosophie, lauréat de la prestigieuse Université d’Oxford, a entamé son parcours diplomatique à l’échelle internationale avec l’ancien secrétaire général de l’ONU, de nationalité égyptienne, Boutros Boutros-Ghali. De 1993 à 1996, M. Wahba était, en fait, son conseiller personnel. Durant ces quatre années, il a acquis une solide expérience notamment en matière de politique et gestion du développement. Chose qui a permis à cet ancien journaliste de l’hebdomadaire cairote «Al-Ahram Weekly» de prendre part à une étude des plus importantes. Conseiller de programmes auprès du bureau du rapport sur le développement humain, M. Wahba a collaboré à l’élaboration du Rapport mondial de développement humain de 1997.
Et c’est durant cette année même qu’il a intégré le Programme des Nations Unies pour le développement en tant que conseiller des politiques au cabinet de l’administrateur du PNUD.
De 1999 à mars 2001, il quitte les Etats-Unis d’Amérique pour la République de Guyane. Dans ce pays, ce jeune père de deux enfants a assuré les fonctions de représentant résident adjoint du PNUD. Et avant d’arriver au Royaume, Mourad Wahba a occupé le poste de directeur du bureau des affaires de l’ONU auprès du PNUD à New York. Sa nomination au poste de représentant de cette organisation à Rabat par Kofi Annan, secrétaire général de l’ONU, date du 15 avril dernier.
À la tête de cet établissement, Mourad Wahba veillera à « relever les défis du développement, à contribuer de manière efficace à l’amélioration des conditions de vie des populations démunies et à appuyer le processus d’un développement humain, durable et équitable». Une mission que ce diplomate aguerri ne manquera pas d’accomplir avec le sens du devoir.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *