Mouvement(s) : Maison mère et succursales ?

A l’annonce de sa création en 1957, le Mouvement Populaire soupçonnait-il un seul instant qu’il donnera naissance à quatre autres partis politiques, tous se revendiquant de la mouvance «haraka» ? De fait, le MP –faut-il plutôt ici parler de son leader originel Mahjoubi Aherdane- est la formation politique qui détient le record des scissions dans un paysage politique qui a mal à sa stabilité. Première séparation, première naissance dès 1967. Le numéro deux du MP, Dr El Khatib quitte le parti pour créer le Mouvement populaire démocratique et Constitutionnelle, l’ancêtre de l’actuel PJD, parti de la justice et du développement, battant pavillon islamiste. En 1986, Mahjoubi Aherdane est évincé du Mouvement Populaire. Après quelques années de traversée du désert, l’Amghar renaît de ses cendres et crée le Mouvement national populaire, le MNP, qui en 1996 enfantera du Mouvement démocratique et Social de Mahmoud Archane. La boucle n’étant pas encore bouclée, l’Union démocratique, toute dernière scission du MNP menée par Bouazza Ikken et les siens, a tenu son congrès constitutif au début du mois de novembre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *