MRE : Le CNDH dévoile bientôt une étude sur les jeunes

MRE : Le CNDH dévoile bientôt une étude sur les jeunes

Une deuxième étude sur la perception des Marocains des droits de l’Homme sera également publiée

La question qui a été posée  aux  Marocains  est celle de savoir ce que signifient pour eux les droits de l’Homme. Un document d’autant plus important qu’il permettra de déterminer de manière quantitative et qualitative la vision des Marocains sur cette thématique.

Le Conseil national des droits de l’Homme s’apprête dans les jours à venir à publier deux rapports très attendus. Le premier est relatif à «la conception des droits de l’Homme par les Marocains» et le second concerne les discriminations auxquelles sont confrontés les jeunes marocains résidant à l’étranger.  Les travaux du premier rapport ont  été menés  auprès d’environ  3.500 ménages. Ledit rapport est en phase de correction au sein du Conseil national des droits de l’Homme. En effet, la question qui a été posée  aux  Marocains  est celle de savoir ce que signifient pour eux les droits de l’Homme. Un document d’autant plus important qu’il permettra de déterminer de manière quantitative et qualitative la vision des Marocains sur cette thématique dont les contours restent souvent flous. Les résultats de ce rapport  ouvriront le débat sur la question et  mettront en lumière le point de vue et les divergences des Marocains sur le sujet. La mise en œuvre de ce document rentre dans le cadre de ses missions. Il reste dans la même lignée que les thématiques précédemment traitées par le gendarme des droits de l’Homme au Maroc, tel que «l’état de l’égalité et de la parité au Maroc» ou encore la question de la «santé et droits de l’Homme». Ainsi, la culture des droits de l’Homme dans la société marocaine a connu des changements durant les dernières années avec la mise en place d’instances et d’instituts de promotion des droits de l’Homme.

L’institution planche également sur les préoccupations de la jeunesse marocaine. A cet égard, Driss El Yazami a souligné en marge du SIEL 2017 que «c’est bien une politique globale et transversale dont nous avons besoin, impliquant l’ensemble des acteurs publics et privés. Une politique qui ne peut être élaborée sans la participation de tous les échelons des jeunes, dans l’esprit de la Constitution de 2011 et des évolutions les plus récentes du droit international». Et d’ajouter : «Ce droit est peut-être la première clé pour répondre ensemble à l’immensité des défis qui attendent la société marocaine». Un thème central, dans un pays où la catégorie d’âge entre 15 et 34 ans représente 34,1% de la population et où les jeunes sont confrontés à de multiples difficultés, selon le CNDH. La promotion des droits de l’Homme par des mécanismes efficaces pour consacrer les garanties législatives est le rôle qu’entend bien jouer le Conseil dans le cadre de ces compétences.

Dans cette perspective, le Conseil va mettre en lumière  la problématique d’une catégorie de la jeunesse marocaine, il s’agit des jeunes marocains résidant à l’étranger.  L’institution va dévoiler au mois de mars à Bruxelles son rapport concernant la discrimination envers les MRE. Dans le contexte actuel, le CNDH  mettra donc bientôt sur la table ses conclusions sur les difficultés observées auprès de ces jeunes marocains dans leurs pays d’accueil. De ce fait, l’institution présidée par Driss El Yazami se penche sur toutes les questions relatives à la défense et à la protection des libertés ainsi qu’à la garantie de leur plein exercice. Par ailleurs ces rapports sont élaborés au sein d’un groupe de travail permanent ou de comités spécialisés

Leila Ouchagour

Journaliste stagiaire

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *