Nabil Ghazouane : «Il faut éviter les produits excitants»

Nabil Ghazouane : «Il faut éviter les produits excitants»

ALM : Selon vous, quelle est la propriété du sommeil?
Nabil Ghazouane : Le sommeil est une chose précieuse pour l’être humain. Il s’agit d’un besoin naturel et psyco-spirituel qui consiste en un «arrêt périodique» de la conscience éveillée. Je dis «arrêt périodique » car à part la conscience tout continue à fonctionner durant cette période. Un maître spirituel m’a défini le sommeil de manière très intéressante. Selon lui, le sommeil est un intermédiaire réel entre la conscience et la perte de conscience. Cette définition m’a poussé à méditer davantage sur l’importance du sommeil et sa complexité. Le sommeil fait partie intégrante du corps, de la mémoire et de l’état psychique de l’individu. Le sommeil est comme l’appétit. Chaque personne consomme sa dose selon le besoin. Il y a des gens qui peuvent dormir 4 heures par nuit au moment où d’autres dépassent les 8 heures. Sur le plan médical, le sommeil constitue une phase psychophysiologique active dont témoignent les enregistrements polygraphiques.

Vous avez évoqué la mémoire. Quel rôle revêt-elle ?
Tout simplement parce que le sommeil participe à la paix de notre mémoire et notre corps. Tout ce qu’on fait durant la journée, on le vit sous forme d’images oniriques durant le sommeil. C’est pour cette raison que nous réagissons à tout ce qui traverse notre corps pendant cette phase de repos. De ce fait, un simple souvenir peut perturber notre sommeil. Par conséquent, il est tout à fait normal d’avoir une nuit agitée quand on a passé une mauvaise journée où a -t-on appris une mauvaise nouvelle.

Que veut-on dire par troubles du sommeil ? Et à quel âge se manifestent-ils ?
Les troubles du sommeil sont des phénomènes qui perturbent l’état du sommeil. Leurs spécificités consistent dans le fait qu’ils maintiennent la conscience éveillée. Ils peuvent se manifester à n’importe quel âge même un bébé peut éventuellement souffrir d’un trouble quelconque.

Énumérez-nous les facteurs qui induisent ces troubles ?
Plusieurs facteurs influencent et varient la qualité du cycle « vigilance sommeil». D’innombrables recherches ont été menées pour identifier et isoler les causes qui engendrent ce déséquilibre et impactent l’état de santé de l’être humain. La première question qui se pose en ce moment est la suivante : l’origine du trouble est-elle organique ou psychique ? Quand le patient arrive à «auto-détecter» la cause, son cas ne représente aucun danger. On ne peut pas considérer ce fait comme un cas pathologique. Le trouble dans ce sens est temporaire dû à une petite préoccupation du quotidien. Mais ce qu’il ne faut pas omettre, c’est que les troubles du sommeil sont des indicateurs. Si les troubles persistent, cela réfère certainement à une pathologie psychique à traiter. Pour illustrer, si une personne a constamment des nuits agitées et souffre d’une fatigue permanente durant le réveil, cela indique qu’il est au seuil de l’angoisse donc il faut être attentif. De même, l’environnement peut causer ces troubles. Le bruit, la température et la lumière peuvent tenir l’individu éveillé. En outre, l’état du matelas peut facilement influencer la qualité du sommeil.

Quelles sont les différentes formes des troubles du sommeil ?
Le trouble le plus fréquent est incontestablement l’insomnie notamment chez les névrosés. On peut citer dans ce sens également le rêve éveillé, l’hypersomnie et la somnolence diurne. Toutes ces formes réfèrent à l’angoisse de la mort. Cette crainte se manifeste systématiquement par l’absence du sommeil. L’individu est tout le temps interpellé par la peur de mourir, c’est pourquoi il s’obstine à dormir.

Quelles sont les cures déployées pour remédier à ce problème?
Les cures sont multiples. On entend, généralement, parler de tranquillisants et somnifères, mais personnellement je suis pour les thérapies psychiques. La relaxation, le sport, la lecture et la spiritualité sont les bons remèdes. Je conseille souvent les personnes qui souffrent des troubles du sommeil à s’orienter vers la prière et la lecture du Coran. Ces pratiques apaisent et procurent une certaine paix, car la tension qu’on avait accumulée auparavant se décharge.

Quelles sont les règles d’or à suivre pour un sommeil paisible ?
Il faut éviter les produits excitants tels le café, thé et alcool. Lorsqu’on ressent un trouble quelconque, notamment l’insomnie, il faut chercher à se détendre. La détente provient en exerçant quelque chose qui nous plaît. À titre d’exemple, il ne faut pas hésiter à lire, à dessiner, à regarder la télévision ou à faire l’amour. Le manque du sommeil signale un besoin. Ainsi, il faut répondre au mieux possible à cette demande pour que le plaisir s’installe et que le corps se relaxe. Il ne faut en aucun moment bloquer son envie. Au contraire, il faut la reconnaître et essayer de la combler adéquatement.

Y-a-il des statistiques relatives aux troubles du sommeil au Maroc?
Vous savez, la recherche dépend essentiellement des motivations économiques et idéologiques. Sur le plan national, aucun organisme ne s’est intéressé au sommeil à part quelques mémoires ou thèses doctorales qui ont traité ce sujet.

Quelques conseils pour mieux dormir

• Maintenir un horaire de sommeil constant. Il est fortement conseillé de se lever tous les jours à la même heure, même le week-end, ce qui permet de garder le même rythme de veille et de sommeil.
• Éviter les longues siestes en début d’après-midi. Une courte sieste permet de maintenir la vigilance le reste de la journée.
• Ne pas prendre d’excitants après 15 heures. Le café, thé, cola, et vitamine C ont pour conséquence de retarder l’endormissement et augmentent les réveils nocturnes. Il faut également éviter l’alcool et le tabac le soir. La nicotine retarde l’endormissement, augmente les réveils nocturnes et rend le sommeil plus léger. Quant à l’alcool, il favorise l’instabilité du sommeil avec des éveils nocturnes fréquents. Il constitue un facteur aggravant des problèmes respiratoires nocturnes, comme l’apnée ou les ronflements.
• Éviter les somnifères sauf sur avis médical.
• Préparer un dîner léger, au moins 2 heures avant d’aller dormir. Il faut privilégier les aliments à base de glucides lents (pommes de terre, riz, pain, pâtes) ainsi que les produits laitiers. Il faut éviter les fritures et les graisses cuites.
• Se ménager un environnement favorable au sommeil.• Maintenir une température dans la chambre aux alentours de 18°C et bien l’aérer. Faire l’obscurité dans la chambre, ce qui favorise le sommeil profond. L’hormone du sommeil, la mélatonine, est secrétée dans l’obscurité.
• Favoriser les activités calmes et la relaxation en fin de journée. Il est conseillé d’éviter un travail intellectuel juste avant le sommeil. La lumière vive, le travail ou les jeux sur ordinateur entraînent des difficultés pour s’endormir. A 30 minutes avant le sommeil, il faut se réserver une période de relaxation.
• Se coucher dès les premiers signes de sommeil : les bâillements, paupières lourdes, yeux qui piquent, clignements des yeux. Une fois ces signaux ressentis, il ne faut pas tarder à se coucher, sinon l’envie de dormir s’éteindra au bout d’une quinzaine de minutes et ne reviendra qu’au prochain cycle soit 90 minutes plus tard.
• Prendre le temps de s’endormir. Si après 15 minutes, le sommeil ne vient pas et que son attente est pénible, il est préférable de se lever et de pratiquer une activité calme. Le besoin de sommeil reviendra au prochain cycle.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *