Naciri dénonce la partialité des médias espagnols

Naciri dénonce la partialité des médias espagnols

«Grande Nation, partageant avec les pays civilisés et démocratiques les mêmes valeurs de tolérance et de liberté, le Maroc n’attend de ses partenaires que de partager avec lui le même respect pour le voisinage, pour construire ensemble un espace méditerranéen de paix, de coopération et de stabilité», a souligné Khalid Naciri, ministre de la Communication porte-parole du gouvernement, dans une déclaration aux représentants des médias nationaux et étrangers, dimanche 14 novembre 2010, à Rabat. Et de poursuivre: «Cela est bien entendu incompatible avec toute velléité de porter atteinte aux intérêts légitimes bien compris du Royaume, par le recours aux mensonges, à la falsification et à la diffamation». M. Naciri a, dans ce sens, dénoncé le traitement «éthiquement inapproprié et professionnellement condamnable» réservé par certains médias espagnols à la déclaration du gouvernement marocain du 13 novembre, condamnant la dérive haineuse et raciste de ces médias à l’égard du Maroc. «Au lieu d’aborder les questions fondamentales qui y étaient évoquées, nous avons eu droit de la part de certains organes de presse espagnols, à une véritable fuite en avant, ne retenant de la déclaration, que le fait que le gouvernement marocain a convoqué la presse pour exprimer son indignation et sa colère», a-t-il précisé. Et d’ajouter qu’«au Maroc, nous ne saurions banaliser la mauvaise foi de l’attribution à ce pays d’exactions criminelles qui ne font pas partie de sa culture et de sa pratique». De même, le ministre a affirmé que le Maroc est en droit d’interpeller la conscience morale des médias internationaux s’intéressant à son actualité pour leur rappeler ses fondamentaux en la matière, soulignant que le Royaume n’a jamais exigé d’eux ni soutien aveugle ni appui inconditionnel. Il a également souligné que «nulle trace sur les pratiques de falsification grossières que le Maroc a dénoncées n’a été évoquée et qu’aucune allusion à la manipulation systématique de l’opinion publique espagnole et internationale n’a été faite». Par ailleurs, une famille marocaine a décidé de poursuivre devant la justice espagnole, la chaîne Antena 3 qui a présenté des images d’un crime commis à Casablanca, comme étant révélatrices des incidents survenus récemment à Laâyoune. Dans une déclaration à la MAP, l’avocat de la famille, Maître Abdelkébir Tabih, a souligné que le comportement d’Antena 3 a porté un grand préjudice moral aux membres de cette famille, qui ont décidé d’ester la chaîne devant la justice espagnole, sachant que la Constitution et la loi de ce pays protègent le droit à l’image qui fait partie des libertés individuelles. Parmi les mesures juridiques qui seront prises dans ce sens, une plainte adressée au procureur général espagnol pour revendiquer l’application de la loi dans le cadre de cette affaire, a-t-il ajouté, faisant savoir que la famille, résidant au quartier Sidi Moumen à Casablanca, adressera également des lettres au Roi d’Espagne, au Premier ministre et au ministre de la Justice espagnols. Le père de la famille avait démenti, dans des déclarations à la presse, l’existence de toute relation entre la photo diffusée par Antena 3 et les incidents de Laâyoune, exprimant sa vive condamnation de cette dérive mensongère. Dans des déclarations similaires, l’auteur de la photo, photographe-journalise au quotidien «Al Ahdat Al Maghribiya», a exprimé son étonnement vis-à-vis de l’exploitation immorale de cette photo qu’il a prise lors de sa couverture, en janvier dernier, d’un meurtre commis à Casablanca et qui a été publiée dans le journal le 29 du même mois.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *