Naciri : «Le Maroc a besoin d’une nouvelle pratique journalistique»

Naciri : «Le Maroc a besoin d’une nouvelle pratique journalistique»

Le Maroc a besoin d’une «nouvelle pratique journalistique» et d’une «consolidation de la déontologie» dans l’exercice de la profession, a affirmé, mardi à Rabat, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Khalid Naciri. L’amendement du Code de la presse, qui est devenu une nécessité, devrait s’inscrire dans le cadre de la nouvelle dynamique de la réforme constitutionnelle, a précisé M. Naciri lors d’une réunion avec les représentants de la Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ). Il a dans ce sens indiqué que cette rencontre a pour objectif de ré-impulser les réformes de l’espace médiatique national notamment en vue d’élaborer le nouveau Code de la presse et des journalistes professionnels sur la base des accumulations démocratiques, politiques et déontologiques. «Nous sommes capables d’inscrire la problématique de la réforme des médias dans la grande dynamique impulsée par le discours historique prononcé par SM le Roi le 9 mars qui a ouvert un grand chantier de réformes constitutionnelles et politiques», a-t-il dit dans une déclaration à la presse à l’issue de cette réunion de travail. Il est évident que l’espace médiatique ne peut pas rester indifférent à ce mouvement de réforme politique majeure, a souligné le ministre. Pour sa part, le président de la FMEJ, Khalil Hachimi Idrissi, s’est félicité de l’ouverture et du dialogue entrepris par le ministère, soulignant que le chantier est désormais ouvert autour du Code de la presse. M. Hachimi Idrissi a également souligné que cette rencontre vise à approfondir la réflexion autour du Code de la presse sur la base des propositions de juin 2007, l’objectif étant d’élaborer «un Code de la presse libéral, moderne, ouvert et démocratique». Par ailleurs, M. Naciri a tenu, mardi à Rabat, une réunion avec les représentants du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM), dans le cadre des rencontres tenues par ce département avec les organisations professionnelles au sujet du Code de la presse. M. Naciri a affirmé à cette occasion que cette réunion s’inscrit dans le cadre de la continuité, vu que le SNMP constitue «un partenaire essentiel dans la gestion de plusieurs dossiers», qualifiant le Code de la presse de «dossier fort». «Nous avons besoin aujourd’hui de traiter ce dossier avec plus d’audace et de volonté en vue de parvenir à un cadre à même de hisser la pratique journalistique au niveau escompté», a-t-il dit, soulignant que «le travail entamé avec les autres partenaires ne démarrera pas de zéro, du fait que nous avons accumulé des choses positives et d’autres qui doivent être améliorées, et ce dans le but de permettre à la pratique médiatique d’être plus en phase avec un Maroc démocratique et moderniste». Le ministre a ajouté que l’action, qui sera entreprise, portera sur les Codes de la presse et des journalistes professionnels et sur l’organisation de la profession, estimant que «la tâche sera facile vu que les moyens et les mécanismes sont disponibles et que rien n’empêche de travailler avec célérité». De son côté, le président du SNPM, Younès Moujahid, a relevé l’importance de la conjoncture dans laquelle se tient cette rencontre, avec, en particulier, le développement de plus en plus important des nouvelles technologies et l’existence d’une volonté d’élargir les libertés, notant que cette étape «relance le débat interrompu depuis 2007 au sujet de plusieurs questions».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *