Nadia Bernoussi, le droit au féminin

Nadia Bernoussi, le droit au féminin

Spécialiste en droit constitutionnel, la Marocaine Nadia Bernoussi vient d’être élue vice-présidente de l’Académie internationale de droit constitutionnel. Elle est devenue de ce fait la première femme dans le monde arabe à obtenir une telle distinction auprès d’illustres universitaires et autres politiques de renom tels que les sénateurs Baudoin du Canada, Delpérée de la Belgique, et Roussillon président de l’université de Toulouse, sous la présidence du doyen A.Amor de Tunisie. «Mon élection à la vice-présidence de l’Académie internationale de droit constitutionnel est l’aboutissement d’un long travail de recherches en droit constitutionnel. Et je tiens à préciser que cette distinction me fait un grand plaisir mais honore tout d’abord mon pays», note Nadia Bernoussi.
Après une licence en sciences politiques à la Faculté des sciences juridiques et économiques de Rabat, Mme Bernoussi a obtenu un premier certificat d’études supérieures en sciences politiques en 1980. Au sein de la même université, elle a décroché un deuxième certificat d’études supérieures avant de s’envoler vers la France et entamer un cycle supérieur en droit public. En 1985, Mme Bernoussi a soutenu une thèse de troisième cycle à Montpellier portant sur la jurisprudence de la Chambre constitutionnelle marocaine, ensuite, elle a soutenu sa thèse de doctorat d’Etat en droit public à Rabat en 1998 portant sur : “Le contrôle de constitutionnalité au Maghreb : Essai d’interprétation de l’action des organes de contrôle en Algérie, au Maroc et en Tunisie”. La thèse a reçu le prix de publication. « J’accorde en fait une grande importance aux études comparatives en droit constitutionnel au niveau du Maghreb, mais aussi aux pays de la rive Sud de la Méditerranée », ajoute-t-elle.
En plus de cette distinction à la vice-présidence de l’Académie internationale de droit constitutionnel, Mme Bernoussi siège également depuis janvier 2004 au sien du comité exécutif de l’Association internationale de droit constitutionnel. Au Maroc, elle est membre fondateur de l’Association marocaine de droit constitutionnel qui a vu le jour en 1994, et actuellement elle en occupe le poste de vice-présidente. Mme Bernoussi est également professeur à l’Ecole de perfectionnement des cadres du ministère de l’Intérieur de Kénitra et ce depuis 1999. À la Cour des comptes, elle a aussi assuré la formation des magistrats suppléants de 1997 à 2002. En septembre 2002, cette mère de trois enfants était chargée d’un cycle de perfectionnement des cadres du Ministère de l’Economie, des finances et de la Privatisation.
L’Institut supérieur d’administration a également profité de son expérience lors d’une simulation en droit parlementaire au cours de laquelle les élèves et les parlementaires ont échangé leurs expériences. Par ailleurs, Mme Bernoussi a présenté récemment à Rabat un rapport introductif sur les Conseils constitutionnels marocain et français, expériences croisées et ce lors d’un colloque organisé conjointement par l’ENA, et l’Association française de droit constitutionnel. Elle fait partie également du groupe de recherche sur la justice constitutionnelle à Aix-en-Provence, laboratoire dirigé par le président Louis Favoreu. Active au sein de l’Unesco, cette  » militante  » du droit s’intéresse de prèés au développement durable.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *