Nezha Alaoui : «Je me sens constamment responsable de transmettre les valeurs de mon pays et ma culture à l’international»

Nezha Alaoui : «Je me sens constamment responsable de transmettre  les valeurs de mon pays et ma culture à l’international»

ALM : Vous venez de créer Dar Mayshad à Rabat, un concept particulier qui permet de créer de l’emploi et de développer la communauté locale. Parlez-nous de ce concept…
Nezha Alaoui : Ce concept a démarré par une envie de partager un savoir-vivre ancré dans mes traditions marocaines, mais aussi influencé par mes nombreux voyages culturels. Qui mieux que ma ville natale dans son quartier historique pour donner vie à ce projet ! Dar Mayshad est un lieu culturel ouvert tous les jours au public, c’est aussi un lieu qui aide à contribuer au développement de la communauté voisine.

Qu’est-ce qui vous a poussée à créer la Mayshad Foundation ?
Mes missions pour les Nations Unies, ou plus précisément pour le programme alimentaire mondial, ainsi que mes expériences culturelles dans le Maroc saharien m’ont donné envie de garder un lien avec les femmes de coopératives dans les régions rurales d’Afrique. C’est ainsi que j’ai créé la Mayshad Foundation à New York pour permettre de donner une visibilité internationale aux projets sociaux que l’on entreprend.

Quels sont ses objectifs ?
La Fondation a mis en place des actions durables dans des zones rurales en Afrique, à l’intention des jeunes filles et des femmes défavorisées qui luttent pour améliorer leurs conditions de vie et obtenir un statut social au sein de leur communauté.
Notre objectif est de contribuer au développement économique et social des femmes et développer des projets innovants liés à l’éducation.

Quels sont les programmes de la fondation ?
Les programmes de la Mayshad Foundation sont mis en place pour soutenir Les Jeunes filles et femmes défavorisées d’Afrique. Pour ce faire, nous mettons l’accent sur des programmes qui permettent l’atteinte des objectifs de développement durable. Parmi les programmes de la fondation il y a l’entrepreneuriat social en aidant les coopératives par l’achat d’équipement et mise à niveau de production mais aussi le développement de réseaux de distribution. Mayshad offre aussi des bourses pour la scolarisation des jeunes filles, et soutient les élèves pour poursuivre leurs études au sein des collèges et lycées locaux.

En mars, la fondation organisera à Doha une conférence sur l’importance de l’éducation et de la culture dans la réalisation des SDG. Quelles sont ses grands axes ?
La conférence aura lieu à Doha le 12 février 2018 sous le thème «L’importance de l’éducation et de la culture dans la réalisation des objectifs de développement (SDG)». Cette conférence a trois grands axes, notamment l’innovation sociale, l’éducation et son impact sur le développement et aussi la création et le renforcement de liens culturels entre les différentes communautés.

Qu’est-ce que vous avez appris de vos missions en faveur de l’ONU ?
Lors de mes missions, j’ai pris connaissance des difficultés économiques des coopératives dans les milieux ruraux car elles avaient du mal partout en Afrique à écouler leurs marchandises. Cette constatation m’a incitée à concevoir et apporter des solutions innovantes limitant, voire arrêtant l’exode des femmes de leur milieu rural vers les villes.

En décembre dernier, vous avez été élue par le Crans Montana Forum en tant que leader du futur pour vos réalisations en tant que défenseure du changement et l’innovation sociale. Que pouvez-vous nous dire sur cette nomination? Comment évaluez-vous la situation de la femme marocaine aujourd’hui ?
La réception de ce prix me responsabilise davantage par rapport à ma mission. En tant que femme marocaine, je me sens aussi constamment responsable de transmettre les valeurs de mon pays et ma culture à l’international. La Marocaine est une femme qui a eu la chance d’être accompagnée dans son développement par des réformes institutionnelles. Aujourd’hui, elle se doit de continuer son développement personnel dans une modernité actuelle tout en restant ancrée dans ses valeurs culturelles.

Vous êtes écrivaine, photographe, militante et conférencière. Qu’est-ce qui vous inspire et d’où puisez-vous vos forces ?
Je dois beaucoup à mon enracinement dans une culture marocaine qui m’a appris la générosité, l’humanité et la créativité. J’ai pu enrichir mon intellect lors de mes expériences de vie à l’international. Aujourd’hui, je puise ma force dans la création et la rigueur que j’y ai apportées, et mon inspiration est dans mon perpétuel apprentissage de la vie.

Propos recueillis par
khaoula Benhaddou

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *